Cyclisme français Cyclisme international Divers

Bernard Hinault: « Je n’aurais pas supporté les oreillettes. C’est moi qui fait la course ou l’autre dans la bagnole? »

Dans une longue interview accordée au magazine RAVITO du journal « Le Télégramme », le dernier vainqueur du Tour de France Français (en 1985), Bernard Hinault a donné son avis sur les coureurs Français. Il n’en voit toujours aucun capable de remporter le Tour de France et pourtant il voudrait tant voir son successeur avant qu’il s’en aille. Il ne voit aucun d’entre eux faire la montagne et les contre-la- montre.  Il conseille à ces derniers de se faire plaisir en allant chercher les étapes et non un Top 5 ou Top 10, place que tout le monde aura oublié quelques mois plus tard. 

Il a aussi donné son avis sur les oreillettes. Le « Badger » a répondu cash au journaliste de RAVITO. Quand ce dernier lui demande si il a toujours été contre les oreillettes, le « Badger » répond ;

« Oui. Regardes la Flèche Wallonne. A un moment, la route fait 30 mètres de large et les chutes sont là…Juste quand on arrive à 500 mètres d’un point clé parce tu pars à droite et là, la route ne fait plus que 4m50 de large. Qu’est qu’on fait?  Bernard Hinault imite alors un DS parlant à ses coureurs à la radio; « Allez, c’est maintenant, faut y aller, faut y aller! »  Ben oui mais il y a pas la place pour tout le monde mes petits gars.  »

Pas d’oreillettes à son époque

Avec Guimard, on s’est accrochés plusieurs fois. Il me disais; « Qu’est ce tu fais? » Je lui répondais « Toi tu t’occupes de ton volant et moi je m’occupe de mon guidon »

« Bien sûr que non ! Je n’aurais pas supporté courir avec les oreillettes. C’est moi qui fait la course ou c’est l’autre dans la bagnole? L’oreillette aurait souvent été en panne. Avec Guimard, on s’est accrochés plusieurs fois. Il me disait:  « Qu’est ce tu fais? » Je lui répondais « Toi tu t’occupes de ton volant et moi je m’occupe de mon guidon. On est bien d’accord aujourd’hui, hein? », c’est tout…

Mais avec Julian (Alaphilippe), très souvent l’oreillette elle dégage. Il y en a quelques uns comme ça quand ils font la course, je pense à van der Poel, van Aert, qui n’ont pas l’oreillette, comme par hasard. Et Pogacar, je pense qu’il ne l’a pas non plus quand il a envie de faire la course. Tu crois qu’il va demander à son directeur sportif (Hinault imite une voix d’un enfant)« : « Allo, allo! Qu’est ce que je fais? J’attaque? « .  Non, il attaque… Poses pas la question.. Tu y vas… Tu sens que tu as les moyens. C’est pas celui qui est dans la bagnole qui va savoir si tu as ou pas les moyens d’y aller…

Les oreillettes, elles ne servent à rien du tout. Quand ASO annonce les ronds points aux DS pour prévenir les dangers sur la route, et qu’ASO demandent ensuite aux coureurs si ils ont bien été avertis par leurs DS et qu’ils te répondent non… Pfff….  Si tu veux vraiment que les oreillettes servent pour la sécurité des coureurs, alors là c’est pas les DS qui devraient les avoir mais la direction de course pour des questions de sécurité. C’est une vraie question de sécurité « 

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire
  • Bonjour à tous les passionnés ,
    Je tombe sur cet article et je saisis l’occasion de ce débat pour donner un avis extérieur , je pense que toute la noblesse du sport , du cyclisme, passe par la gestion de la course par le cycliste lui même .
    Ce sont son courage, sa capacité à endurer et surmonter la souffrance , son intelligence , sa volonté et tant d’autres qualités qui doivent être mises dans la balance et non son aptitude à être téléguidé au travers d’une oreillette comme une machine à pédaler .
    Ça n’est que mon avis bien sûr et il y en a peut être d’autres différents du mien

  • Bernard Hinault à entièrement raison , les oreillettes c’est insupportable et c’est même déloyale , l’ardoisière au faîte , il sert à quoi maintenant .
    Déjà que au contre la montre ont leurs gueule dessus , déjà que les coureurs sont placardé de publicité , vive les tours aux maillots Nationaux .