Cyclisme français Cyclisme international

Mick Bennett (Tour of Britain et Women’s tour): « L’UCI est coupable de laisser les accidents de se produire »

L’organisateur du Tour de Grande-Bretagne (Tour of Britain et Women’s Tour), Mick Bennett, appelle l’UCI à agir sur la sécurité des coureurs avant qu’un événement tragique ne se produise de nouveau :

« Ils ( les responsables de l’UCI ) sont coupables de laisser les accidents se produire. » comme il l’a déclaré à CyclingWeekly

Ces dernières années, de nombreux accidents graves se sont produits sur les courses comme sur le dernier tour de France avec les premières étapes en Bretagne sans oublier la terrible chute de Fabio Jakobsen sur la 1ère étape du Tour de P0logne en 2020. Plusieurs acteurs du peloton ne cessent d’appeler à des renforcements sur les mesures de sécurité depuis. 

Dernièrement, le quadruple champion du monde du contre-la-montre Tony Martin a même déclaré qu’il avait décidé de prendre sa retraite à cause de ce sentiment d’insécurité lors des courses. 

Mick Bennett, l’organisateur de TOB, regarde aussi les autres courses. Et sur le dernier tour de France, il a vu des choses incroyables à ce niveau. Lui aussi possède sa société d’événementiel sportif comme ASO en France. La sienne se nomme SweetSpot Group et elle gère les deux grandes courses Britanniques.  Il ne comprend pas que l’UCI tolère de telles erreurs de la part d’ASO. 

Mick Bennett à Cycling Weekly:  » Je ne garde l’œil ouvert que lorsque je repère quelque chose à la télévision et je ne serai critique que si je vois quelque chose qui n’a pas besoin de se produire, mais combien de fois ai-je vu des mesures de sécurité être ignorées.

Nous voyons des gens comme ASO  se permettent de le faire tout le temps et surtout de  continuer à le faire.

Je vais vous donner un exemple : sur les courses d’ASO, nous voyons la voiture du directeur de course, les voitures officielles, passer la ligne d’arrivée et  s’arrêter sur la ligne et laisser les gens sortir avec les portes grandes ouvertes pendant que les coureurs passent encore la ligne.

C’est de l’arrogance et du snobisme au regard du règlement de l’UCI et ce n’est pas autorisé. Mais nous voyons des gens comme ASO  se permettent de le faire tout le temps et surtout de  continuer à le faire. Dans le Women’s Tour ou le Tour of Britain, si nous voyions une voiture s’arrêter sur la voie de déviation et laisser sortir des passagers, elle serait immédiatement retirée de la course.

Ce sont des choses basiques qui ne devraient pas arriver et l’UCI est coupable de permettre que cela se produise, et cela continuera malheureusement jusqu’à ce qu’il y ait un accident tragique. Si les Grands Tours bafouent le règlement, quels espoirs ont les autres ? Ils devraient donner l’exemple à tout le monde ».

Mick Bennett, lui-même ancien professionnel, a expliqué comment les deux événements « SweetSpot Group » sont organisés et disposent de 74 motos sur le parcours de la course, qui assurent la fermeture des routes et empêchent les voitures  d’accéder au parcours. 

Dans le passé, Bennett a offert son aide à l’UCI sur la question de la sécurité, mais l’organisme directeur du cyclisme ne lui a jamais répondu.  

« Je leur ai offert mon aide et mes conseils avec toute l’expérience que nous avons au Royaume-Uni, mais ils m’ont complètement ignoré. Le responsable de la sécurité de l’UCI doit se réveiller. Il faut qu’il prenne des sanctions à l’encontre des organisateurs (comme ASO).  Les courses doivent  rendre des comptes si elles échouent sur des éléments de sécurité. Des choses comme une borne au milieu de la route sont absolument choquantes.

Nous avons besoin de sanctions appropriées parce que la sécurité des coureurs est l’élément le plus important de toute course, avant la télévision et tout le reste. Notre plus gros poste de dépense à SweetSpot est de loin la sécurité des coureurs ».