Cyclisme international Divers

Tadej Pogacar: ” je ne pense pas être le meilleur coureur, j’essaie juste de faire de mon mieux”

A 22 ans, Tadej Pogacar a déjà remporté 2 tours de France, 2 monuments comme Liège Bastogne Liège et le Tour de Lombardie et son palmarès est déjà incroyable. Pourtant, il ne se voit pas comme le meilleur coureur du monde et il ne se voit pas comme le nouveau Eddy Merckx. Il s’est confié à cyclingnews sur le bilan de cette année 2021. 

Tadej Pogacar:  “Je ne pense pas être le meilleur coureur, j’essaie juste de faire de mon mieux, oui.. de faire de mon mieux.  2021 a été ma meilleure saison, mais cela ne veut pas dire que je suis meilleur que tout le monde

Ce n’est pas toujours facile mais j’essaie de ne pas trop réfléchir et de me concentrer sur moi-même. Il y a toujours une certaine pression sur moi mais j’arrive à convertir la pression en quelque chose de positif. Je me mets la pression mais je pense que c’est bien ; je l’utilise pour me garder motivé.”

L’importance de la cellule familiale et son petit appartement à Monaco

Sa mère Marjeta est professeur de français et c’est à la suite de vacances en famille en France qui ont contribué à alimenter son désir de faire un jour le Tour de France.

Marjet Pogacar: “C’était un enfant très normal, plein d’énergie. Il plaisantait, dansait et chantait. Il était toujours en mouvement. Nous l’avons encouragé à faire du sport, c’est ainsi qu’il a appris à faire partie d’une équipe ; le sport vous aide à éviter de faire des erreurs dans la vie. Nous ne nous attendions pas à ce qu’il devienne pro et l’avons prévenu de ne pas être déçu si vous ne pouviez pas atteindre le niveau des coureurs du Tour.

Maintenant, nous sommes fiers de ses résultats, mais nous sommes surtout fiers parce que c’est une bonne personne. Il est respectueux avec les gens et un modèle pour les enfants.”

Tadej Pogacar reconnaît que sa famille a joué un rôle important pour faire de lui l’homme qu’il est devenu aujourd’hui.

Tadej Pogacar: “Je pense que mon personnage vient de ma famille et de la façon dont ils m’ont élevé. J’ai la chance d’avoir une bonne famille et je dois un grand merci à mes parents, mes frères et mes sœurs. Ils ont fait de moi qui je suis.  Ils me traitent comme un fils et un frère, pas comme un vainqueur du Tour de France.”

si j’ai un appartement plus grand, qui le nettoierait ?

Sa vie à Monaco

Il vit avec Urska Zigart, coureuse pro et championne de Slovènie, dans un petit appartement où vivent aussi Davide Formolo et Valerio Conti ses coéquipiers. Ils s’entrainent souvent avec Michael Matthews et Jasper Philipsen. Mais à part le cyclisme, il préfère  une vie tranquille et discrète sans bling bling

Tadej Pogacar « C’est un endroit confortable mais si j’ai un appartement plus grand, qui le nettoierait ? La seule raison pour laquelle nous pourrions déménager, c’est pour faciliter le rangement de nos vélos dans le garage. L’argent est important pour acheter certaines choses et peut rendre la vie plus facile, mais cela ne me motive pas d’en avoir encore et encore.

Quand j’étais jeune, je ne pensais pas à rentrer dans l’histoire ou à avoir des résultats importants. Je voulais juste rouler avec mes amis, rouler full-gas dans les montées et sprinter les uns contre les autres. Je vis toujours comme ça, même maintenant.”

 

Le tour de France 2021 et sa victoire au Grand Bornand avec un écart important face à tous

“Je n’oublierai jamais cette étape. C’était ma meilleure performance  de ma vie et j’en étais super content. Bien sûr, les autres jours étaient également importants, lorsque l’équipe a fait le travail pour ne pas gâcher le classement général. C’est pourquoi je ne peux pas oublier le travail qu’ils ont fait. Ils ont été la meilleure avec sur le Tour et c’est pourquoi nous avons célébré en équipe à Paris.”

Avec ses performances, nombreux doutent de Tadej Pogacar. Il a appris à vivre avec les soupçons et apprendre à répondre aux questions sur ses performances; En raison de l’histoire du dopage dans le cyclisme professionnel, en particulier sur le Tour de France, les performances de Pogacar sont scrutés autant qu’admirés. Mais ces accusations  lui font également mal.

“Cela fait mal, mais j’aurais dû m’y attendre à cause de toute l’histoire de ce sport. Je sais que les gens ne peuvent pas nous faire confiance aussi facilement. Cela fait mal à cause de ce que nous faisons. Nous nous entraînons tellement, nous mettons beaucoup de choses de côté dans nos vies pour être au plus haut niveau et ont fait beaucoup de sacrifices, donc oui les soupçons font mal.”

Cette nouvelle génération dont il fait parti avec  Mathieu van der Poel, Tom Pidcock, Wout van Aert ou Remco Evenepoel. Ces jeunes qui n’ont pas peur d’attaquer de loin et de mettre à mal le protocole mis en place avant, celui d’attendre le dernier kilomètre pour se disputer la victoire. .

, Pogacar a attaqué de loin sur  le Tour de France et sur  Il Lombardia,

“Apparemment, le gène (attaquant) a sauté quelques générations.  Cette année, plus que jamais, les courses étaient vraiment ouvertes, les leaders attaquaient de loin. C’est super, non ? Quand tu t’assois sur ton canapé et que tu  allumes la télé, c’est ce que tu veux voir : des gars qui commencent à attaquer à 100 kilomètres de l’arrivée, pas des coureurs attentistes qui attendent les 10 derniers kilomètres pour passer à l’action. J’ai l’impression que le cyclisme professionnel n’a jamais été aussi amusant”

Le Tour de France féminin

La fiancée de Pogacar, Urska Zigart, sera sur le tour de France féminin. Elle fait parti  du team Bike Exchange. Et Tadej Pogacar est un fervent partisan du cyclisme féminin. Il compte même être sur le bord de la route pour encourager Urska

Vous pourriez même me voir donner des bidons sur le Tour de France féminin l’année prochaine.

“Urška est contente chez BikeExchange mais je suis super content que l’UAE Team Emirates ait une équipe féminine. C’est un grand pas en avant et c’est chouette parce que le cyclisme féminin est vraiment cool. Je suis heureux de faire ce que je peux pour aider les courses féminines. Les hommes ont beaucoup de couverture télévisée, de gros salaires et des prix plus importants, mais le cyclisme féminin ne l’a pas encore.

Urška vient beaucoup à mes courses, donc je suis content d’aller aussi l’aider sur ses courses. Vous pourriez même me voir donner des bidons sur le Tour de France féminin l’année prochaine.”