Cyclisme français Cyclisme international

Lucien Van Impe fête ses 75 ans: “Si le Tour de France n’avait pas existé, je ne serais jamais devenu coureur”

Né le 20 octobre 1946 en Flandre Occidental, Lucien Van Impe fête aujourd’hui ses 75 ans. Il est le dernier Belge vainqueur du Tour de France.  Ce tour, il l’avait remporté  en 1976 (85 pour le dernier Français avec Hinault) devançant Joop Zoetemelk de plus de 4 minutes et Raymond Poulidor de 12 minutes et 8 secondes. Le Français Raymond Delisle prenait la 4ème place à 9 secondes de “Poupou”, perdant son podium sur le contre la montre (20ème étape). 

Ce tour 76, qui fut aussi le festival de Freddy Maertens (vainqueur de 8 étapes et porteur du maillot jaune 9 jours), Lucien Van Impe l’avait gagné dans les Pyrénées. Le Tour de France, il en fait 15 et il a terminé 9 fois dans le top 10. Lucien Van Impe c’est 21 Grands Tours (15 tours, 4 Giro, 2 Vuelta), et jamais un abandon. Bien au contraire, il a terminé 20 fois dans les 20 premiers et il a claqué 11 étapes sur les 3 (9 sur le Tour, 1 sur le Giro, 1 sur la Vuelta). Lucien van Impe, c’est aussi par 6 fois le meilleur grimpeur de la Grande Boucle. Il aurait pu le remporté 7 fois si Giancarlo Bellini n’avait pas remporté les derniers points de la montagne alors distribués aux Champs Elysées le dernier jour. 

Chez les Van Impe, tout le monde vit “vélo”. Le gamin distribue alors les journaux à 4 heures du mat et admire ses idoles comme Frederico Bahamontès et Charly Gaul. Il rêve de les imiter sur les Routes du Tour de France comme il le confié à RTBF

Je devais monter le Grammont, 20, 30 parfois 40 fois

Lucien van Impe: ” Je me souviens avoir vu à la télé, quand j’étais plus jeune, Federico Bahamontès et Charly Gaul gravir les montagnes “à la danseuse. Et ça m’a impressionné

Au départ, je ne voulais pas devenir coureur. Je voulais être mécanicien ou… chanteur car j’aime beaucoup la musique. Mais quand on s’appelle Van Impe et qu’on a un papa lui-même coureur, on est obligé de faire du vélo ! J’ai dit OK mais avec la volonté de devenir grimpeur. Et mon père m’a préparé un programme… Je devais monter “à la danseuse”, au sprint, le Mur de Grammont 20, 30, parfois 40 fois ! C’était parti !”

Avec Eddy Merckx

 

A 22 ans, en 1969, il passa professionnel et disputa son premier tour. Il prit la 12ème du général, le début d’un des plus beaux palmarès au monde et notamment sur le Tour de France, la raison qui lui a donné envie d’être coureur

Le Tour c’est ma vie

En 1976, ce fut sa consécration. Il remporta le tour avec le Team Gitane Campagnolo dirigé par le Français Cyrille Guimard. 

J’ai tellement de bons souvenirs de ce Tour 76… surtout la première fois que j’ai pris le maillot jaune. C’était le 4 juillet, à l’Alpe d’Huez. C’était un rêve qui se réalisait. Le Tour, c’est ma course. Le Tour, c’est… ma vie ! Si le Tour de France n’avait pas existé, je ne serais jamais devenu coureur cycliste. Quand j’ai passé la ligne d’arrivée à Paris avec le maillot jaune sur les épaules, j’ai dit ‘Ouf, c’est fait !’. Quand je suis revenu en Belgique, des milliers de personnes m’attendaient ici, à Mere !”

En 1977, il prit la 3ème place du général après une bataille incroyable et une voiture qui le heurta et l’envoya dans le fossé (sans gravité) alors qu’il était échappé.