Cyclisme français Cyclisme international Cyclo cross Divers

Mathieu van der Poel: “Certainement un beau parcours”

Il attend cet objectif depuis des années, Mathieu van der Poel sera donc au départ de la course de VTT des Jeux Olympiques ce lundi prochain. Le but principal est de décrocher une victoire mais la partie sera rude face à des coureurs comme Nino Schurter, Victor Koretzky, Tom Pidcock,  Ondřej Cink ou Jordan Sarrou.

Le profil

Mathieu van der Poel: “C’est certainement un beau parcours : assez technique, beaucoup de montées et descentes et il y a peu de parties pour récupérer. Mais il y a deux à trois passages techniques assez dangereux. Ai-je un plan ? Cela dépendra de mes jambes. Il ne faut pas se faire exploser tout de suite avec ces courtes montées difficiles et la chaleur. J’ai essayé de me préparer du mieux que je pouvais pour ce but.”

S’acclimater à la chaleur

“J’ai déjà fait un certain nombre de séances de chaleur sur les rouleaux à la maison pour imiter ces conditions. J’essayais de rendre le garage aussi chaud que possible. Ensuite, j’ai mis un gilet épais pour élever ma température corporelle. Et vous créez le même effet. Ce n’est donc pas comme si nous n’étions pas préparés à cela.”

Son entraînement

“J’aurais préféré m’entraîner plus longtemps en VTT. Cela aurait été mieux si j’avais fait une ou deux courses  ces dernières semaines pour avoir des points de référence. Ma dernière manche de Coupe du monde était  à Nové Mesto en République tchèque à la mi-mai. Donc, je ne sais pas comment je me situe face aux autres depuis un certain temps. J’aurais préféré faire les choses différemment, mais cela ne correspondait pas au programme avec le Tour.

La forme sur le Tour était bonne, je veux construire quelque chose là-dessus. Ces dernières semaines, nous avons mis l’accent sur l’entraînement par intervalles. ”

Ses premiers jeux Olympiques

“Tout est très spécial. C’est aussi très différent car nous sommes loin du village olympique. Je n’appellerais pas cela une déception. Je n’ai aucune expérience antérieure aux Jeux olympiques, mais j’ai entendu d’autres cyclistes qui ont connu Londres et Rio  me dire que c’était très différent là-bas. Cependant, l’atmosphère ambiante ne change pas la raison pour laquelle je suis ici “