Cyclisme international Divers

Wout van Aert: “Un titre Olympique, c’est comme un titre mondial ou un Tour des Flandres. La différence est que ça dure 4 ans”

A peine le tour de France achevé, Wout van Aert (Jumbo Visma) a pris l’avion pour Tokyo quelques heures après sa  victoire sur les Champs Elysées. 

Arrivé sur place, il a reconnu le parcours du contre la montre et certains tronçons de l’épreuve sur route. Il a remarqué la difficulté du parcours et notamment le final de l’épreuve sur route qui aura la lieu samedi 24 juillet, 4 jours avant l’épreuve du contre la montre.

Reposé et serein, il a livré ses analyses lors de la conférence de presse.  Miser sur le chrono ou sur la route? Wout van Aert n’a pas choisi. Il sera sur l’épreuve sur route pour aider aussi Remco Evenepoel si il est bien placé sur le Col de Mikuni.  Les décisions se prendront alors durant la course. 

 

Wout van Aert au Het Nieuwsblad: “Je me sens mieux que prévu. Bien sûr, j’étais très fatigué dimanche soir, j’ai donc pu bien dormir pendant le vol. Le décalage horaire et l’adaptation au climat ont été bons jusqu’à présent, même si nous n’avons fait que des balades tranquilles. Je m’attendais à être beaucoup plus fatigué.

(…) On remarque que ce n’est nul part plat, même le final est très  difficile. Mais si je peux en croire mes coéquipiers, je pense que ces deux ascensions en particulier vont rendre les choses très difficiles.”

Le parcours contre la montre un peu trop difficile,

“J’ai de meilleures chances sur le contre-la-montre parce que tout est sous contrôle dans ce domaine. Si vous êtes bien préparé et que vous avez de bonnes jambes, vous atteindrez automatiquement le niveau auquel vous êtes habitué. La course sur route est plus imprévisible (…) Je vois ça comme une très grande opportunité. J’ai les jambes pour cela, mais je ne vais certainement pas me mettre la pression

Si je pouvais dessiner moi-même le profil du chrono, je l’aurais certainement rendu plus facile. C’est fondamentalement trop difficile. Il y a une section de cinq kilomètres en montée puis cinq cents mètres qui sont vraiment raides. J’ai mon poids par rapport à Remco Evenepoel et Primoz Roglic par exemple. Je n’abandonne pas d’avance, mais c’est certainement beaucoup plus difficile que le parcours du contre-la-montre du Tour de France que j’ai gagné. Il est difficile d’estimer qui sont les grands favoris. Je mettrais certainement Roglic  comme favori. Remco aussi. Je pense que c’est un peu la même chose pour Ganna que pour moi. Rohan Dennis est aussi un point d’interrogation. Beaucoup de mes concurrents n’ont pas fait le Tour de France, donc c’est difficile à estimer.”

La course sur route

“Pour moi, c’est Pogacar le favori sur cette épreuve, mais je suis sûr que je serai désigné comme l’un des favoris aussi.  Je n’ai pas peur que les autres pays se tournent principalement vers la Belgique, il est logique qu’ils nous surveillent. C’est comme ça sur chaque course.”

La répartition des rôles entre moi et Remco est claire. Nous avons tous les deux un rôle protégé. Remco n’a certainement pas à m’attendre sur ce col de Mikuni. Nous avons un profil différent. Evenepoel est meilleur grimpeur. Samedi, ce col de Mikuni sera un point critique de la course. Là, c’est à Evenepoel de faire le parcours. Il doit essayer d’être là. Remco ne doit pas manquer la bataille à ce moment là.

Avec moi, il aura plus de chances de survivre. Si je monte là-bas près des premiers, un nouveau parcours commencera pour moi. Et puis beaucoup peut être fait. Ce sera un point critique et la concurrence le sait aussi, alors ils essaieront de s’en débarrasser. Je dois me concentrer. Nous devons juste préparer un bon plan sur la meilleure façon d’aborder la course. Pour moi, tout dépendra de la façon dont je surmonterai cette difficulté qu’est ce col de Mikuni.”

 

 La chaleur n’est certainement pas un problème 

“Ce n’est certainement pas un problème pour moi. Je supporte bien la chaleur. Vous pouvez sentir que c’ est complètement différent de chez nous. Cette humidité fait une grande différence. Cela va certainement être un facteur et les gars vont certainement tomber à cause de ça, mais je pense que je peux bien gérer ça.”

Les Jeux Olympiques

“Cela me fait quelque chose d’être aux Jeux olympiques. Enfant, je regardais tous les sports des Jeux du matin au soir. Greg (Van Avermaet) me parle aussi beaucoup de ce que c’est que d’être dans le village olympique. C’est bien sûr complètement différent à cause du Corona, bien sûr. Je n’ai jamais été au Japon, alors c’est agréable de faire du vélo ici et de découvrir un peu la culture. Je pense que c’est spécial. Un titre olympique en cyclisme, c’est un peu comme un titre mondial ou le Tour des Flandres. La différence est que le titre olympique dure quatre ans.