Cyclisme international

Marc Hirschi : “Les jeunes coureurs sont juste plus forts de nos jours”

A 22 ans, le Suisse Marc Hirschi a été l’une des révélations de la saison  2020 avec une victoire sur la Flèche Wallonne, 2ème de Liège Bastogne Liège, étape sur le Tour de France et plusieurs podiums puis 3ème des derniers championnats du monde , avant de terminer sa saison avec la troisième place aux Championnats du monde, la victoire à la Flèche Wallonne et la deuxième à Liège-Bastogne- Liège après que Julian Alaphilippe a coupé son chemin et a ruiné ses chances de succès.

Ce n’est que sa deuxième saison au niveau WorldTour. Il fait parti de cette génération qui ose et qui attaque comme Tadej Pogačar, Jai Hindley, Tao Geoghegan Hart, Egan Bernal, Filippo Ganna, Wout van Aert, Mathieu van der Poel et Remco Evenepoel. Il a accordé une interview à Cyclingnews pour parler de cette “jeune génération”

 Marc Hirschi (à Cyclingnews): “Certaines personnes pensent peut-être que je viens de nulle part, mais en fait, j’avais fait de bons progrès en 2019 j’étais troisième à la Clasica San Sebastian (…)

Je reste juste concentré sur la course. Quand vous réalisez que vous pouvez être bon dans quelque chose, vous devenez une personne différente. Je suis assez détendu dans le  cyclisme et j’ai appris à ne pas trop me concentrer sur des courses spécifiques. Dans le passé, je voulais connaître tous les détails du parcours et les tactiques de course. Maintenant, j’essaie de ne pas trop y réfléchir (…)

Je sais que si je suis trop entraîné pour les courses, ça ne pourrait me faire que du mal. J’ai accepté cette idée qu’il ne faut pas en faire trop avant. Sur une course  je préfère y aller et courir par instinct. ”

Le Tour de France 2020

“Avant le Tour, je n’avais rien ressenti de spécial, mais quand j’ai pu suivre Alaphilippe et Yates dans les montées, je savais que je pouvais y faire quelque chose de spécial. Si je n’avais eu que ce jour-là, j’aurais été heureux, mais c’était génial d ‘en ‘obtenir sur les autres jours.”

Cette jeune génération qui ose 

“Je pense que les jeunes coureurs sont juste plus forts de nos jours. Ils sont beaucoup plus professionnels très jeunes. Ils ont également fait partie d’équipes de développement et ont travaillé de manière très professionnelle. Cela signifie que le passage des moins de 23 ans à celui de WorldTour pro n’est pas si grand.

Les équipes savent maintenant que les jeunes coureurs peuvent viser de gros résultats, et notre équipe est idéale pour  un jeune coureur”.

L’arrivée de Romain Bardet dans son équipe DSM

“Je ne pense pas que nous ayons un seul grand leader; nous avons plusieurs  qui peuvent s’entraider et qui sont prêts à s’entraider. Je pense que c’est notre force, et quelque chose que vous devez utiliser. Maintenant, j’ai un rôle, et on s’attend à ce que je le remplisse. Cela rend les choses plus difficiles, mais c’est aussi un beau défi, et j’ai hâte de le relever.”

Objectif : Jeux Olympiques

Oui bien sûr. Les Jeux Olympiques seront un grand objectif pour moi . Je dirais que je suis un coureur sur les courses d’un jour, et je vais me concentrer là-dessus maintenant. Ce qui se passera après cela viendra naturellement. Je pense que je vais automatiquement m’améliorer pour les Grands Tours . Je ne pousserai pas pour devenir un coureur de Grand Tour, mais je sais que les faire vous rend plus fort. J’espère être plus fort en 2021 que je ne l’étais en 2020 .