Cyclisme français Cyclisme international

Stéphane Rossetto toujours sans contrat : “Je ne me suis jamais demandé ce que j’allais faire quand la lumière allait s’éteindre”

Après six ans passés au sein du team Cofidis, le Français Stéphane Rossetto (34 ans), surnommé le “Métro de Melun” car il peut rouler longtemps à un rythme élevé,  n’a pas été conservé par le team de Cédric Vasseur. Il a alors envoyé son CV à plusieurs équipes mais celles ci étaient déjà complètes ou d’autres ne lui ont même pas répondu. Il s’est confié à Laurent Prunetta et le journal le Parisien quand à son avenir dans le cyclisme professionnel.

Stéphane Rossetto (Au Parisien): ” Je suis déçu que cela se termine comme ça, sur un simple mail, sans vraiment d’explications; (…) Cofidis m’a envoyé un mail fin septembre pour m’annoncer que je n’étais pas gardé, juste avant le départ du Giro. (…-) L’erreur que j’ai commise, c’est de me dire : “Je vais au Giro, je me fais voir et ensuite j’enclenche les contacts“. Mais j’ai perdu du temps. “

Les équipes Françaises?

” Je sais que je ne rentre pas dans la stratégie de Marc Madiot donc je n’ai même pas essayé Groupama-FDJ. AG2R, c’est complet. Bernaudeau (Total Direct-Energie) m’a dit non, Pineau (B&B Hôtels) ne m’a pas répondu, Arkéa devait me donner une réponse mais comme je n’ai rien eu, je suppose que c’est non… J’ai eu un bon contact avec le manager de Delko. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas me faire d’offre. Mais ce n’est peut-être pas fermé “

Son Franc parler est il un handicap pour les équipes Françaises?

“Ça veut dire quoi les étiquettes et les a priori? Si ma personnalité et mon caractère posaient des problèmes, est-ce que Cofidis m’aurait gardé et augmenté pendant six ans? Je n’ai jamais eu de souci en interne. “

Le Français se dit “prêt à diviser son salaire par deux ou trois (….)  Je ne me suis jamais demandé ce que j’allais faire quand la lumière allait s’éteindre. C’est dur de se dire que ça risque d’arriver dans quelques jours. C’est compliqué à vivre quand on aime autant le vélo que moi. Je me donne jusqu’à la fin de l’année. Mais à un moment, la date, tu n’as pas besoin de la fixer, elle vient à toi. “