Cyclisme Cyclisme français Divers

Prends Ma Roue : ” Il est temps d’agir”

Nous sommes en 2020 … Cette drôle d’année où un putain de microbe a mis le monde ko, on se croyait invincible et si fort. Nous sommes désormais à terre … Tout le monde a dérouillé. Tout le monde et surtout le sport dont notre art que l’on nomme cyclisme.

Il était déjà bien malade, il est déjà sous assistance respiratoire depuis fort longtemps. Le Covid est en train de l’achever. Malgré le déni de nos autorités, tels ceux qui vantaient l’invincibilité de notre ligne Maginot avant 39, notre cyclisme se meurt à petit feu et ce putain de microbe a accéléré son agonie, le voilà maintenant en réa. On ne lui donne pas plus de 5 ans, tout au plus, sans un remède radical …

N’allez surtout pas imaginer que la France se porte bien au niveau mondial. Celui qui a rapporté le plus de points UCI à notre famille est Julian Alaphilippe, celui dont personne ne voulait en France il y a quelques années, celui venu d’une équipe flinguée dans l’indifférence générale qui se nommait Armée de Terre. Heureusement pour nous tous, c’est le peuple Belge qui est venu à son secours tout comme pour Remi Cavagna, Florian Sénéchal ou Guillaume Martin avant que Cofidis réalise que la France avait fait une sacrée bourde ….

Nous ne sommes pas malades? Ah bon? Regardez alors le nombre de courses toujours debout? Regardez le compteur de votre voiture et calculez nous les kilomètres parcourus pour que votre fils ou fille puisse s’éclater avec cet art. Regardez simplement le nombre de clubs qui ont crevé face au déni de nos autorités, le nombre de courses portées disparues? Regardez donc ce peloton réduit à peau de chagrin? Il nous faut quoi de plus pour nous réveiller? Des beaux discours dans les médias pour calmer la base? De belles promesses tenues il y a dix ans déjà? Non, ça suffit …

Certains anciens, des champions tels que Bruno Cornillet, Pascal Campion ou Cyrille Guimard, reviennent en Bretagne pour tenter de sauver cet art qui leurs a tant apporté. Ils reviennent de leurs retraites paisibles pour que des gamins puissent connaître ce que eux ont connu il y a fort longtemps.

Au diable les divergences entre champions, aux rancunes tenaces datant des années de gloires du cyclisme tricolore, l’heure est à la cohésion, à la mobilisation pour sauver cet art actuellement en réanimation avec un pronostic vital engagé.

Plusieurs champions, dans les 4 pièces de la France, ont rejoint “Prends Ma Roue“. Est ce le remède? On ne le sait pas tant que l’on a pas testé leur traitement. Mais ce qui est sûr, c’est que les anciens ne quittent pas leurs retraites confortables pour aller se dorer la pilule. Non, ils viennent pour l’avenir, celui de nos clubs et de nos cours, de nos gamins. Le plus important au final car ils sont l’avenir, le notre comme celui du cyclisme professionnel.

Redonner de l’attractivité au cyclisme

Eric Guezo, en ce moment, divers listes se présentent pour les divers comités en France. Quels sont les principaux thèmes de votre groupePrends Ma Roue“?

Eric Guezo: “Alors je vais tenir un discours classique mais on le pense tous sincèrement.” Prends ma roue Bretagne “a pour thème principal d’être une force de changement rapide, efficace et juste.. Il est temps d’agir. Pour redonner de l’attractivité au cyclisme. C’est pourquoi “Prends Ma Roue” avancera”:

1) Nous replacerons les clubs et les comités départementaux au coeur du système.

2) Toutes les réformes que nous proposons seront soumises à un débat avec tous les clubs avant leurs mises en oeuvre.En somme nous voulons être à l’écoute permanente de l’ensemble de nos clubs

3) Le Comité de Bretagne sera un acteur actif et engagé auprès des collectivités locales, départementales et régionales pour les questions de:

a – Responsabilité sociale et environnementale (RSE)
b- Mobilité active
c- Maillage territorial des équipements (vélodrome couvert, vélodromes, anneaux cyclistes, pistes de BMX, champs de boss, parcours VTT)

4) Travailler pour rendre un cyclisme accessible à tous (fourniture ou aide à l’acquisition du 1er vélo ou troc-vélo)
Travailler pour rendre le cyclisme plus securisé (ex: itinéraire conseillé sur des routes peu fréquentées

2 On retrouve certains thèmes dans les différentes listes. Hors, il y a peu, personne n’en parlait vraiment. Pourquoi selon vous?

“Nous parlons de la liste de Didier Marchand, le président sortant. Alors soit qu’il manque d’originalité et de vision soit qu’ils pensent être réélus sur leur bonne ou mauvaise foi.
En réalité, la mandature précédente a pour bilan une perte importante hors covid de 1133 licenciés en moins, de nombreuses pertes d’épreuves et de nombreux clubs qui ne demandent pas de renouveler leur affiliation à notre fédération. En somme, nous parlons de ce qui aurait autrement été mis sous le tapis. ”

“Les excellents résultats internationaux hommes et dames sont l’arbre qui cache la forêt!”

Pascal Campion et Stephen Roche, les anciens du team “La Redoute” se sont retrouvés en Bretagne sur le Tro Bro Léon

3 Comme le sont certains pros actuels, comme Marc Madiot aussi en tant que manager d’un mondeTour française pourquoi etes vous si inquiets de l’avenir de notre monde amateur?
.

“Cyrille GUIMARD, Pascal CAMPION et Bruno CORNILLET qui soutiennent ou sont candidats sur la liste Prends ma roue Bretagne ont cette vision de la base vers le haut niveau. Un fait, 15 000 licenciés en moins sur cette mandature pour la FFC. Les excellents résultats internationnaux hommes et dames sont l’arbre qui cache la foret! ”

Pourquoi le retour des anciens, Car notre fédération et son comité  se comportent en véritable percepteur:

– Des clubs et des organisateurs qui souffrent
– Des sélections régionales d’objectivité
– Des féminines qui n’ont pas de voie de professionnalisation
– Des formats de compétitions dépassés
– Manque de considération du VTT, du BMX et des catégories jeunes
– Manque de bénévoles (pas ou mal envisagé) Manque de matériels pour les organisateurs

Continuer sur cette base, c’est accepter un futur où:

– Le cyclisme pro français perdra son leadership
– Les Bretons amateurs voulant passer pro seront confrontés à une concurrence étrangère mieux formée aux changements
– les bénévoles, les sponsors et mécènes disparaîtront ”

AUJOURD’HUI , FONCTIONNER NE SUFFIT PAS

IL FAUT ENTREPENDRE POUR PROGRESSER


>

Prends ma roue Bretagne