Cyclisme français Cyclisme international Divers

Les coureurs retraités en 2019 ne toucheront pas leurs aides à la reconversion avant 2022. Le CPA change les critères pour les droits

Le site Cyclingnews , avec Daniel Benson, a mené son enquête sur les problèmes rencontrés actuellement par les coureurs qui ont pris leurs retraites en 2019 et ceux qui vont prendre la leur cette année. Malgré qu’ils aient cotisé durant des nombreuses années, ils n’ont pas reçu la somme qui leurs était allouée.

En effet, le CPA n’a pas pu versé les primes d’aide à la reconversion  (allocation du fond de compensation) pour les coureurs pros ayant pris leurs retraites en 2019, soit environ 12 500 euros chacun.  69 coureurs out pris leurs retraites en 2019, tous n’ont touché que 3000 euros soit 4 fois moins que prévu. 

Les frais de justice de l’UCI contre la société Velon

Une polémique est donc née dernièrement et une fronde des coureurs s’est même dressée car le CPA a accordé à l’UCI d’utiliser ces fonds afin de payer les frais de justice et d’avocats de l’UCI contre la société Vélon (regroupement d’équipes WorldTour). Cette somme étaient destinée normalement aux coureurs.  Un nouveau syndicat est alors apparu avec Riders Union pour permettre au peloton de se faire entendre avec “un coureur, une voix”.

Car ce fond de solidarité avait été créé,  justement, pour aider les cyclistes nouvellement retraités à faire face aux charges financières lors de leurs retraites après une carrière pro bien menée. 

En effet, c’est le CPA qui gère le fond Carrière et compensation (via les antennes nationales comme UNCP en France)  depuis 2012, après avoir succédé à l’UCI. Ses réserves sont aussi constituées grâce à une taxe de 2% sur les Prize Money des coureurs au cours de la saison et, entre autre, une somme de 100 000 euros alloués par l’UCI chaque année au syndicat. 

 Selon le site Internet du CPA: «Les sommes ainsi accumulées peuvent être versées aux cyclistes en fin de carrière, à titre de compensation destinée principalement à aider à leur reconversion professionnelle.”

Pour le CPA, la pandémie est la raison principale du manque d’argent

Avant aujourd’hui, pour demander ces fonds, les coureurs devait envoyer des documents prouvant qu’ils avaient couru au niveau WorldTour ou Pro Continental pendant une période de cinq ans ou plus. Les coureurs ayant commis une infraction antidopage au cours des cinq années précédentes ne sont pas éligibles.

Le 4 juin, les coureurs en attente de paiement ont reçu un e-mail  du CPA pour les informer qu’ils recevraient le premier paiement de 3 000 €. Cependant, la lettre expliquait aussi que «le scénario inattendu généré par la pandémie mondiale de COVID-19 et l’arrêt des courses, ainsi que le nombre élevé de demandes que nous avons reçues, ont motivé l’adoption de cette décision (…).”

Interrogé par cyclingnews, le CPA a déclaré  «Oui, ils recevront plus, la somme sera décidée à la fin du mois de février après avoir connu le total des demandes de coureurs qui se sont retirés en 2020 et l’argent disponible au fond. Plus tard, il y aura deux autres paiements. ”

“L’argent sort de ma poche depuis plusieurs années et pourquoi? Où est passé l’argent? »

Mais Cyclingnews s’est également entretenu avec un coureur qui souhaite rester anonyme. Ce dernier a pris sa retraite en 2019 après une longue et belle carrière qui a duré plus de 10 ans.

Il était l’un des coureurs qui n’a reçu que 3 000 € cette année, malgré le fait que 2% lui aient été collectés tout au long de sa carrière.

«Je ne veux pas ressembler à un vieux con, mais je pense qu’ils nous doivent environ neuf mille dollars. Il n’est pas logique d’utiliser la pandémie comme raison, car il n’y a pas eu de pandémie l’année dernière. Cela ne semble tout simplement injuste parce que certains d’entre nous ont été coureurs pendant longtemps et il semble qu’ils n’aient pas correctement budgétisé, mais cela doit être cohérent. L’argent sort de ma poche depuis plusieurs années et pourquoi? Où est passé l’argent? »

Pas avant 2022 pour ceux qui sont partis en 2019

Les coureurs qui ont pris leur retraite en 2019 doivent désormais attendre le printemps 2022 avant de pouvoir potentiellement recevoir la totalité de leur fonds de retraite. Selon le document, qui n’a pas encore été partagé avec tous les coureurs qui ont pris leur retraite en 2019, le CPA a fait valoir que ces changements ont été mis en place en tant que “mesures spéciales pour atténuer les effets de la pandémie COVID-19 et du fonds ».

Comme rapporté  par Cyclingnews, 69 coureurs qui ont pris leur retraite et qui ont postulé  pour le fonds à la fin de la saison 2019 devaient recevoir une somme de 12500 € cette année. Pour le CPA, il blâme toujours la pandémie de COVID-19 pour expliquer les raisons de la situation et du manque d’argent dans les caisses.

Les nouvelles régles imposées par le CPA pour toucher ce fond de compensation

Mais le  CPA a changé la donne et Cyclingnews a réussi à avoir  la nouvelle version que le syndicat a adressé aux coureurs. Le syndicat leurs a annoncé les nouvelles règles pour bénéficier de ce fond .

Le fait que 69 coureurs aient postulé à la fin de 2019 était un problème majeur pour le syndicat et en 2020, avec autant d’équipes qui arrêtent dans les rangs WorldTour et Pro Continental, il n’est pas impossible d’envisager que le CPA soit inondé de plus de demandes que prévues l’année prochaine. 

Dans le document envoyé aux coureurs par le CPA, il est écrit qu’il ne concerne que les candidats qui postulent à la fois en 2020 et 2022. Les candidatures devraient être examinés par le Comité directeur de l ‘ACP. Le comité est composé de Gianni Bugno, l’actuel président du CPA, et des présidents nationaux ACP, ACCPI ou UNCP Jose de Santos (Espagne), Christian Salvato (Italie), Pascal Chanteur (France), Paulo Couto (Portugal), et David Chassot (Suisse).

Le nouveau système par points

Selon les nouvelles directives, les coureurs seront désormais  évalués en fonction du nombre d’années au cours desquels ils ont couru au niveau WorldTour ou Professional Continental . Donc désormais on oublie les 5 années obligatoires. 

Dans le cadre du nouveau plan, chaque année, un coureur du WorldTour se verra attribuer un score de 8,34 points attribués pour une seule saison en WorldTour et de 1,66 point pour une saison en Pro Continental. Le CPA ne fournit aucune information sur la manière dont il est arrivé à ce décompte de points, mais il est probablement basé sur le montant minimum des prix en argent mandaté par l’UCI au niveau WorldTour et Pro Continental.

Le document poursuit en disant que: «Chaque candidat aura un coefficient de contribution correspondant au% que ses points représentent sur le total calculé comme prévu à l’article 2.1.

En fonction des fonds disponibles et après avoir déterminé un montant minimum de paiement, le comité du CPA utilisera le coefficient de contribution pour attribuer au coureur un montant fixe plus une autre somme proportionnelle à son coefficient. (…)

A aucun moment le document n’indique si les coureurs retraités auront le droit au 12500 € comme avant, le CPA ajoutant que, «étant entendu que le Comité  du CPA déterminera à l’avance les montants des paiements en fonction des fonds disponibles et conformément aux les critères de distribution définis. »

Le document fournit ensuite un calendrier des paiements. Les coureurs qui ont pris leur retraite en 2019 devraient recevoir un deuxième paiement en mars 2021, après le premier paiement déjà effectué en juin 2020, avec un troisième et quatrième paiement arrivant en octobre 2021 et mars 2022. Là encore, le CPA n’indique pas un montant fixe pour l’un ou l’autre des versements .

Pour les coureurs qui prennent leur retraite à la fin de 2020 et qui demandent à bénéficier du fond, leurs quatre paiements sont échelonnés à partir d’avril 2021, date à laquelle le premier paiement sera effectué, les deuxième et troisième paiements plus tard en octobre 2021 et mars 2022. Enfin, pour les coureurs prenant leur retraite après 2021, il y aura un délai minimum d’un an avant tout paiement.

L’UCI ne répond pas…

Cyclingnews a contacté  l’UCI pour commenter les nouvelles règles proposées par le CPA mais l’UCI n’a pas voulu répondre.

 À ce stade, il est difficile de savoir si l’UCI serait disposée à intervenir et à couvrir le manque à gagner en gains générés afin de garantir que les retraités de 2019 puissent réclamer pleinement leur droit à la caisse de retraite.

L’UCI peut également envisager de mettre en place des mesures pour que les coureurs retraités en 2020 soient suffisamment couverts. L’essentiel, et cela est indiqué dans les propositions possibles du CPA, est que l’UCI augmente les prélèvements sur les organisateurs de courses afin de suivre le rythme des demandes croissantes adressées au Fonds.