Cyclisme français Cyclisme international Divers

David Lappartient : “Le sport cycliste devrait être reconnaissant au gouvernement français de son engagement”

L’UCI, les équipes wurldtour , les organisations comme ASO, RCS ou Flanders Classics ont tout fait pour maintenir un calendrier pour cette saison 2020 après le déconfinement mondial.

Pour le président de l’UCI, David Lappartient, il fallait les maintenir coute que coute pour la survie de notre sport et avec l’aide du gouvernement Français comme il l’a confié sur Wielerflits.  Si la situation est sous contrôle, les courses auront lieu, les sponsors (dont dépendent entièrement les équipes) seront toujours là. 

Wielerflits ; Que serait-il arrivé au cyclisme s’il n’y avait plus de courses en 2020

David Lappartient : “Cela aurait été une tragédie. Un grand nombre d’équipes auraient disparu de la scène. Les équipes sont largement dépendantes des revenus des sponsors. Si vous ne pouviez plus garantir une visibilité sur l’ensemble de l’année en avril, vous n’auriez aucun retour sur investissement pendant un an. C’est pourquoi nous nous sommes d’abord penchés sur les courses qui ont la plus grande valeur médiatique pour tous les sponsors. La prunelle des yeux de notre sport.

Les trois grands tours (Tour, Giro et Vuelta), puis les cinq monuments (Milan-San Remo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et Il Lombardia) et enfin le Championnat du monde sur route. En étant les premiers à donner une date à ces courses, les sponsors savaient qu’une partie importante de l’année pouvait encore être rattrapée”.

L’influence de Covid-19 sur l’avenir du cyclisme ?

“C’ est encore difficile de se projeter dans l’avenir, mais il est clair que le cyclisme est aussi énormément remis en cause. Quand cette pandémie sera-t-elle vraiment terminée ? Comment sera la situation économique dans un an, deux ans ou trois ans ? Les conséquences sont encore difficiles à évaluer. Pour l’instant, de nombreuses entreprises sont encore aidées par des programmes d’aide gouvernementaux pour maintenir l’économie en marche.

Pour l’instant, il est impossible de dire quel sera l’impact de cette crise sur la politique de parrainage des entreprises. L’histoire nous a appris qu’en période de récession, les entreprises réduisent très rapidement le montant de leurs parrainages. Cela aura certainement un effet majeur sur le cyclisme. C’est pourquoi je pense qu’il est très important que nous soyons actuellement l’un des rares sports à passer à la télévision pendant des heures. J’espère que la popularité actuelle du Tour, par exemple, convaincra certaines entreprises de rester fidèles au vélo après tout”.

Pour le gouvernement français, en revanche, la tour est important car il permet de montrer que la situation de Covid-19 en France est sous contrôle.

Le Tour de France a une énorme importance économique pour le cyclisme puisque durant ces trois semaines, 60 à 65% de la valeur médiatique de l’année entière est réalisée. Le tour n’est il pas plus importante que jamais en raison des circonstances actuelles ?

“Certainement. On pourrait discuter du fait que le Tour a une position beaucoup trop forte dans le cyclisme. Mais on peut aussi dire que la valeur du vélo est beaucoup plus élevée grâce au succès du Tour. On m’a reproché d’avoir été le premier à fixer la date du Tour dans le nouveau calendrier (…) . C’est juste un fait que le Tour a une énorme valeur publicitaire pour les équipes, ce dont aucune autre course ne se rapproche.

Je pense que l’ensemble du sport cycliste peut être reconnaissant au gouvernement français de s’être engagé à faire du Tour une réalité. Pour le gouvernement français, en revanche, la tour est important car il permet de montrer que la situation de Covid-19 en France est sous contrôle.

Si vous pouvez organiser le tour de manière sûre, vous donnerez un signal mondial. Il en va de même pour le gouvernement italien, un pays qui a énormément souffert de la pandémie. Redémarrer la saison cycliste en août avec des courses comme Strade Bianche, Milan-Sanremo et même avec le départ du Lombardie au centre de la ville de Bergame, très malmenée, était très important pour l’Italie”.

Dans cette crise, il s’agissait pour nous de survivre

2020 l’année de la survie

D . Lappartient; “Oui, (…)  L’achèvement du calendrier réformé a demandé beaucoup de travail. La mise au point des protocoles Covid-19 a également été difficile. Nous nous sommes entièrement concentrés sur ce point. D’autres sujets liés au développement du cyclisme ont été relégués au second plan pendant un certain temps. Dans cette crise, il s’agissait pour nous de survivre, comme vous le dites”.