Cyclisme français Cyclisme international Divers

Joël Pelier: “Salut Cyrille”

Joel Pelier, l’ancien champion, vainqueur d’étapes sur le Tour de France, Paris Nice, Tour Midi Pyrénées et quelques autres encore, donne son avis sur la crise actuelle entre la FFC et les clubs formateurs. Celui qui a lancé cette “révolution” est son ancien manager Cyrille Guimard quand Joel Pelier était chez Système U. Il a tenu à lui (et aussi à Mr Callot, président de la FFC) envoyer cette lettre ouverte

Sur la Nissan Classic en Irlande, il l’emporte au sommet de Sainte Catherine devant Roche, Kelly, Bauer (Photo Stephen Delaney)

 

Joël Pelier répond à Cyrille Guimard

“Salut Cyrille.  Il y a quelques jours, j’ai partagé un article (que j’approuve) où tu donnes ton avis sur la situation actuelle de ce cyclisme français que l’on aime tant.

Cela fait plus de 30 ans que toi et moi nous ne sommes plus parlés. Donc, quelle fut ma surprise quand tu m’as demandé comment je me portais (je pensais que tu me croyais mort)! Mais je vais te répondre Cyrille. Comme tu le sais, le sens de la diplomatie n’est pas mon fort. Je parle avec mes tripes, ma passion et mon sale caractère, tant pis si ça dérange. Je ne suis pas du genre à jouer avec les lettres et les mots, je n’ai pas ton talent. Quand j’ai envie d’y aller, j’y vais comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. En 30 ans Cyrille, tu vois,  je n’ai pas changé et c’est aussi pour ça que l’on ne se parlait plus.

Tout d’abord, je te rassure, je n’ai aucune ambition à la FFC, je préfère m’occuper des mes abeilles, de ma production de miel, mes ruches et mes sculptures. J’ai fabriqué mon monde et j’y suis très heureux. Mais ça me fait bien chier ce qu’il se passe dans notre cyclisme tricolore, pour nos clubs formateurs qui m’ont vu, comme les autres, débarquer un matin quand j’étais un jeune minime. Sans eux et Jean de Gribaldy par la suite, je ne serai pas là.

Avec Matthew Teggart en équipe d’Irlande

 

Les anciens n’ont plus leurs places et ce sont désormais des technocrates du sport avec tout plein de diplômes, aux dents aiguisées et sortants d’écoles ou alors des notables qui n’en ont rien à foutre du cyclisme comme on l’aime.

Donc, oui je suis d’accord avec tes propos, ton point de vue. Je partage totalement ton analyse. J’ai bien tenté d’aider les clubs comme l’AC Bisontine mais je n’étais pas ce technicien bardé de diplômes UCI ou FFC, je venais du monde du vélo, le vrai, celui qui te fait mal à la gueule, qui te forge à la dure. Donc, vu que je comprenais que dalle à leurs charabias, j’ai préféré m’en aller plutôt que de faire chier tout le monde, je savais que je n’avais pas ma place. Et pourtant, les gars de l’AC Bisontine se défoncent de belle manière, ils se plient vraiment en quatre pour les jeunes et je les respectent pour cette mission quasi impossible maintenant.. Mais ce qui me fais encore plus plaisir, c’est de voir ces coureurs étrangers qui viennent frapper à ma porte comme Ben Dyball (Team NTT), Matthew Teggart et d’autres pour me demander des conseils. Ca me fait chaud à la gueule quand ils viennent à la maison pour les conseils des anciens.

Pour ces notables, ces technocrates, la FFC est un tremplin vers d’autres cieux qui ne sont pas les nôtre

Mais ce monde là, celui que nous a fabriqué la FFC,  est mort dorénavant. Les anciens n’ont plus leurs places et ce sont désormais des technocrates du sport avec tout plein de diplômes, aux dents aiguisées et sortants d’écoles ou alors des notables qui n’en ont rien à foutre du cyclisme comme on l’aime. Non, pour ces notables, ces technocrates, la FFC est un tremplin vers d’autres cieux qui ne sont pas les nôtres. Eux ils marchent aux stats, aux chiffres, ils causent rentabilité quand tu parles investissement auprès des jeunes, ils causent politique quand tu causes avenir des clubs formateurs, ces clubs qui sont devenus leurs tiroirs caisses. On a pas le même discours.

Le sport n’est pas la priorité du gouvernement

Je constate que le système français est à contre courant du cyclisme “moderne” contrairement aux autres nations (j’ai trainé ma carcasse avec des fédérations étrangères quelques temps). Pourquoi s’engluer dans un système fédéral révolu ? L’argent public c’est fini!  Comme a dit notre ministre des sports “Le sport n’est pas la priorité du gouvernement”. Alors le pognon public, on ne l’aura plus jamais.

Ce qui est sûr c’est que la gloriole de certains en prendrait un sacré coup (justifié) si ça dégageait là haut. En France, on se regarde un peu trop le nombril…Résultat on végète ! Les nations du style Australie, UK, Pays-Bas…et j’en passe, eux ont tout compris, leurs financements sont principalement privés, elles n’avaient pas le choix et elles se sont adaptées.

Et nous, qu’est-ce qu’on fait….On dépense, encore et encore alors que l’on devrait se serrer la ceinture ! Sur le dos des clubs et des bénévoles. J’aimerai que l’on m’explique pourquoi il n’y pas eu de chômage partiel (au sein de la FFC) durant la période que nous venons de traverser, alors que la plupart des clubs de DN l’on fait ainsi que les autres nations, c’est étonnant ça, non ?

Avec Jaakko Hanninen désormais chez AG2R La Mondiale

 

Par ailleurs, j’aimerai comprendre pourquoi on a toujours les plus fortes délégations lors des évènements internationaux ? Ca coûte un pognon de dingue (comme dirait l’autre) avec une ribambelle de branleurs qui ne servent à rien et n’apportent rien, certains d’ailleurs peu recommandables à notre éthique…Mais toujours présents, tu sais très bien de qui je parle Cyrille !

Et ça ne choque personne ? A côté de ça, aujourd’hui, un jeune cadet qui veut courir doit faire 2 à 300 bornes tous les weekend, ça coûte cher tout ça, pour les familles et les clubs bénévoles ! Tous les parents ne peuvent pas suivre financièrement et se tournent vers d’autres sports ! Et on s’étonne de la baisse des licences…. La fourmilière FFC a débordé, elle est obsolète, faut faire le ménage, oui je suis d’accord avec toi Cyrille et j’en suis le premier surpris (entre nous).

Et enfin, Cyrille, quand t’es tu occupé d’un petit club formateur? Quand tu étais à la FFC il y a peu?

Mais, malgré tout ça, je veux croire encore que tout n’est pas pourri au sein de notre fédération. Je connais quelques présidents de comités qui se battent pour leurs régions et le font avec passion, conviction et amour. Je pense à Pascal Sergent par exemple (tu m’excuseras Pascal de te citer mais quand une personne est bonne, il faut que je le souligne). Il connait la boutique, il en connait les usages, les rites et surtout les clubs formateurs. Son amour pour notre art est connu au delà de nos frontières. Il est président du Comité des Hauts de France. Un jour, on devrait prêter une oreille attentive sur sa vision de l’avenir.  Ils ne sont pas tous déconnectés là haut, j’aime à le croire.

Et enfin, Cyrille, quand t’es tu occupé d’un petit club formateur? Quand tu étais à la FFC il y a peu? Pascal Sergent, lui,  est dans ce monde amateur depuis le début. Et qui se rappelle d’un DTN, Vincent Jacquet? Il fut débarqué comme un malpropre du bateau alors que ses idées, ses plans pour redresser la barre, valaient peut être le coup mais il fallait dégraisser? Vous n’étiez pas nombreux à le défendre à ce moment là.  Depuis, Vincent Jacquet est passé à l’UCI qui l’a, elle, entendu.  Donc, j’aime à penser qu’il y a encore des gens bien dans cet équipage.

Pourquoi n’as tu pas tirer la sonnette d’alarme quand tu en faisais parti durant ce temps là.?

Car, Cyrille, tu dis que tu ne veux pas prendre la tête de la FFC (mais j’ai un léger doute quand même sur tes intentions), alors aidons ceux qui veulent changer les choses, ceux qui ont envie de remettre le système en question. Tu dis que cela fait des années que cela dure? Alors pourquoi n’as tu pas tirer la sonnette d’alarme quand tu en faisais parti durant ce temps là.?  Donc, oui tu as raison, mais tout n’est pas encore mort, j’aime à le croire.

je me souviens d’un temps où porter le maillot bleu-blanc-rouge était un honneur

Et puis, tu as été sélectionneur de l’équipe de France en 2018, il n’y a pas si longtemps. Pourquoi tu ne gueules que maintenant alors que le bateau prend l’eau depuis des années et déjà quand tu y étais? La gamelle était bonne, tu y bouffais sans dégueuler non?  Pour ma part, je me souviens d’un temps où porter le maillot bleu-blanc-rouge était un honneur, je l’ai porté avec fierté. Mais c’est devenu un business pour certains dorénavant, une valeur ajoutée sur le plan financier. La FFC attribue un budget énorme à la DTN pour les événements internationaux ( et pour quels résultats….? Une médaille d’or en 23 ans) alors qu’elle devrait en donner un peu pour aider les Clubs. Ce sont les clubs qui génèrent des champions, pas une politique d’élitisme…Et ça t’étonnes de perdre des licences ! Tu l’as connu pourtant ce temps, il y a peu…

Alors Cyrille, oui tu as raison, mais il nous faut du sang neuf. Place aux jeunes qui connaissent la boutique et à ceux qui veulent nous donner  un second souffle. Moi, je repars à mes ruches, mon miel, mes sculptures et j’accueille toujours avec joie les jeunes qui frappent à ma porte pour avoir les conseils de vieux cons que nous sommes devenus toi et moi, Cyrille.

Salut Cyrille ”

Joel Pelier