Cyclisme français Cyclisme international

Cela devait être l’affaire du siècle dans le cyclisme selon certains médias mais au terme des 3 ans d’enquête : il n’y a rien !

L’information a été publiée par le journal l’Equipe hier. Un petit article (contrairement au début de l’histoire où c’était la première page) pour annoncer le “pschiiit” de l’affaire du siècle (le dopage mécanique ou les moteurs dans les vélos) selon certains médias et certains journalistes, il y a 3 ans déjà.

L’émission Stade 2 en avait même fait un reportage à ce sujet, annonçant que des grands noms en abusaient et que l’enquête aller les faire tomber (sans citer aucun nom bien sûr). C’était l’hystérie médiatique sur … Le dopage mécanique ou les moteurs dans les vélos.  

Même un commentateur, connu pour son “Vive Le Sport” scandé toutes les cinq minutes à l’antenne, voyait des moteurs sur les vélos du team Sky et  sur ceux de toutes les équipes étrangères. Il demandait même à la caméra de filmer les roues de Chris Froome qui semblaient tourner toutes seules, devant des millions de téléspectateurs ! 

Certe, en 2016, une coureuse belge en cyclo-cross en avait utilisé un. Elle fut immédiatement attrapée par la suite puis suspendue. En 2017, un coureur de 4 ème caté  s’était fait “surprendre” par les caméras de France 3 qui avaient alors mis les moyens télévisuels sur une course “Pass” d’une dizaine de coureurs  au départ (plusieurs courses nationales auraient aimé avoir ces moyens télévisuels pour filmer une vraie course).

 L’UCI avait mis les moyens pour faire tomber les tricheurs, investissant plusieurs centaines de milliers d’euros, voir des millions d’euros.  Depuis ces cas (en cross et chez les “pass”)…. Rien….

Deux juges d’instructions avaient donc été nommés, avec Claire Thépaut et Serge Tournaire,  à la suite d’une enquête préliminaire du parquet national financier.  

Ils soupçonnaient alors “un pacte de corruption scellé au plus haut niveau international“, mêlant équipes, sociétés privées et instances mondiales, qui auraient “profité à de très grands coureurs“.

Au terme des 3 ans d’enquête et d’investigation pour l’affaire du siècle dans le cyclisme…. Ben….. Rien au final. Aucun moteur n’a été détecté par les tablettes depuis notre cycliste “pass”, ni par les commissaires UCI, ni par les gendarmes de la section de recherche de Paris. L’enquête est close et le parquet national financier a décidé de rendre, donc, un non-lieu. Un petit article pour finir…. Loin du “Buzz” médiatique du début… Et c’est encore notre cyclisme qui a fait les frais de cet emballement médiatique.

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire
  • Il est tout de même très étonnant de constater que les coureurs “pris” avec des moteurs ne sont pas des champions. Alors soit ils sont vraiment nuls, soit tout le monde roule avec des moteurs et la hiérarchie n’est pas vraiment touchée par cette histoire. Tout cela ressemble étrangement à ce qu’on a connu fin des années 90 et debut 2000 avec le dopage.
    Quoi qu’il en soit, de nombreuses vidéos circulants sur youtube sont bien plus convainquantes que le test hasardeux sur IPad mené par l’UCI. Evidement, demander à l’UCI ne mener les tests relève d’un conflit d’intérêts majeur. Tant qu’il n’y aura pas d’organisme réellement indépendant pour tester les vélos, il n’y aura que des coureurs de troisième catégorie qui se feront prendre.