Cyclisme français

La ministre des sports Français à propos du tour de France: “C’est l’évolution de la pandémie qui va en décider”

Hier sur France Info, la ministre des sports Roxana Maracineanu se veut très prudente sur la certitude d’un Tour de France 2020. Comme elle l’a déclaré, la “doctrine actuelle n’impose ni son report, ni son annulation, ni sa tenue” tout en ajoutant que le 1er ministre n’a pas déclaré non plus que les rassemblements de moins de 5000 personnes étaient autorisés en aout.

Bref, on n’en sait toujours pas plus à l’heure actuelle. Une seule chose est certaine, c’est la pandémie qui en décidera au final. 

Roxana Maracineanu (sur France Info); “Je crois que la nouvelle qui a été annoncée mardi, c’est-à-dire la possible sortie des sportifs pour qu’ils recommencent leur entraînement, a réjoui les cyclistes qui n’attendaient effectivement que de pouvoir descendre de leur “home trainer” et pouvoir reprendre un vrai vélo pour aller plus loin qu’un kilomètre autour de chez eux. Eux, déjà, ils vont pouvoir reprendre l’entraînement.”

La tenue du Tour de France?

Encore une fois, pour que le Tour de France puisse avoir lieu, il y a certaines conditions qui doivent être remplies, un certain nombre de compétitions qualificatives qui doivent pouvoir se dérouler probablement au mois d’août, puisque le mois de juillet, ce n’est pas possible. Et puis avant, il faut qu’ils arrivent à rouler en peloton. Donc, pour l’instant, ce n’est pas le cas.

Le 1 er ministre n’a pas dit que les grands rassemblements en dessous de 5 000 personnes seront autorisés.

 

Maintenant, il est trop tôt pour se prononcer. La doctrine actuelle n’impose ni son report, ni son annulation, ni sa tenue. Le seul chiffre qui a été donné, c’est que le Premier ministre a indiqué qu’il y n’aura pas de grands rassemblements, ni culturels, ni sportifs au-delà de 5 000 personnes avant septembre. Mais il n’a pas dit que les grands rassemblements en dessous de 5 000 personnes seront autorisés.”

Avant d’ajouter : 

“On garde tous espoir, évidemment. Moi, je suis consciente, que c’est essentiel pour la survie de beaucoup d’équipes professionnelles, et pour la poursuite de la carrière de beaucoup de nos champions cyclistes. Et évidemment, on fera tout le travail nécessaire pour que ça puisse aller dans ce sens. Mais, c’est l’évolution de la pandémie qui va en décider”