Cyclisme français Cyclisme international

Elia Viviani : “Nous devons résister et être prêts quand nous recommencerons”

Le champion d’Europe, Elia Viviani  (Cofidis), ne s’amuse pas vraiment sur son home-trainer. En Italie, comme de nombreux autres pays, le confinement est de rigueur. La seule manière de s’entraîner sont les rouleaux en attendant le feu vert des autorités sanitaires pour retrouver les grands espaces et la route.

Et sans date de reprise, il est difficile de garder une certaine motivation. C’est dans ces conditions qu’Elia Viviani a accordé une interview à SpazioCiclismo.

“C’est fou, après même pas un mois, c’est déjà dur. Vous êtes seul, dans un petit espace clos, tout le contraire des compétitions et des entraînements en plein air. La sueur et la fatigue sur les rouleaux et à la maison, c’est autre chose.

Même si l’espoir de tous est de pouvoir reprendre la saison le plus vite possible, nous devons résister et être prêts quand nous recommencerons. Le cyclisme doit redémarrer, le pays en a besoin, mais pas derrière des portes closes”.

L’idée d’un tour de France à huis-clos comme l’a préconisé la ministre des sports français ne plait pas du tour à l’Italie. Si il y a un huis clos, c’est que le virus n’est pas encore battu. Le directeur du tour, Christian Prudhomme a lui aussi annoncé qu’il n’y aurait pas de huis clos sur le tour. 

“J’espère que non, car faire du vélo à huis clos est une erreur retentissante. Et je ne dis pas cela seulement pour les fans : avec un petit sacrifice, ils peuvent voir les courses à la maison. Je dis cela parce que s’ils veulent faire la course à huis clos, cela signifie que la pandémie n’a pas été complètement vaincue, alors dans ces conditions il vaut mieux rester chez soi”.

Son titre de champion d’Europe, il est prêt à le défendre

“En attendant, je porte encore ce maillot quelques mois, même si je ne cours pas ; ensuite, si tout va bien, le titre européen sera à saisir en septembre à Trente, donc il y a encore temps. Je serai toujours prêt à la défendre”.

PHOTO TEAM COFIDIS/MATHILDE L’AZOU