Cyclisme international Divers

L’UCI confronté au problème du report des courses

L’Union Cycliste Internationale se réunira mardi prochain pour entendre les organisateurs de courses et leurs reports  Outre le Giro, il s’agit également de reporter une grande partie des courses de printemps, notamment en Belgique et en Italie.

Mais il y a bien sûr un problème. Les courses reportées n’ont pas beaucoup d’espace pour se placer. De plus, de nombreux coureurs ne veulent pas rouler jusqu’à fin novembre.

Selon Tom Van Damme (au Het Nieuwsblad), président de l’association belge de cyclisme et membre de la commission route de l’UCI, “reporter n’est pas si facile. Si les courses veulent une nouvelle date, elles ne peuvent pas prendre le créneau d’autres épreuves qui sont programmées à cette période”

Le fait que RCS, l’organisateur du Giro d’Italia, espère reporter sa course de deux ou trois semaines jusqu’à la fin mai, cause d’autres problèmes au WorldTour. En effet, le Critérium du Dauphiné et le Tour de Suisse (qui se déroule principalement en juin) ne seront pas certainement pas d’accord.

Une date ultérieure pour le Giro semble presque impossible, avec le Tour de France, les Jeux olympiques et la Vuelta a España au programme.

Plusieurs coureurs ne pourront pas participer à des courses extra classiques à l’automne. Des champions comme  Jasper Stuyven et Yves Lampaert sont contre, compte tenu des préparatifs de la saison 2021.

Yves Lampaert ; “De toute façon, vous avez déjà terminé en tant que coureur en octobre. S’ils collent le calendrier encore plus chargé ou l’étirent encore plus, nous serons encore plus à l’étroit. De plus, nous aurions le sentiment que des efforts supplémentaires pendant une longue période et la préparation de la prochaine saison seraient compromis. Gardons le calendrier actuel, arrêtons-nous à la mi-octobre et attendons avec impatience l’année 2021”.

Tom Steels (DS Deceuninck Quick Step)“Faire des courses en novembre, c’est trop tard pour moi. En tant que coureur, vous ne pouvez pas continuer à essayer de maintenir une condition optimale. Un cycliste a besoin d’au moins quatre semaines de repos en hiver”