Cyclisme français Cyclisme international

Le gouvernement Italien appelle à l’arrêt de tous les événements sportifs jusqu’au 3 avril

Ce sera difficile pour la société RCS d’organiser les épreuves comme la Strade Bianche ce samedi prochain, Tirreno-Adriatico et Milan-San Remo car  le gouvernement italien vient d’appeler à l’arrêt de tous les événements sportifs et publics (sauf en enceintes fermées) pendant un mois pour tenter de limiter la propagation du coronavirus Covid-19.

RCS Sport avait prévu d’organiser la Strade Bianche et  Tirreno-Adriatico. Ces épreuves se déroulent dans le centre de l’Italie, loin des régions du nord de la Lombardie, de la Vénétie et de l’Émilie-Romagne où le virus s’est installé.

Mais le gouvernement italien a imposé de nouvelles mesures drastiques pour lutter contre la propagation du coronavirus. Ces mesures comprennent l’arrêt de toutes les manifestations publiques et sportives qui ne peuvent pas se tenir dans une enceinte fermée, et la fermeture des écoles et des universités pendant un mois. Ce qui veut dire que les matchs de football ( peut être à huis clos pour la plupart) pourront se tenir par exemple mais pas les manifestations à l’extérieur d’une enceinte. 

Dans le décret du gouvernement Italien, on peut lire; “Les manifestations sportives et les compétitions de tout ordre ou de toute discipline, effectuées en tout lieu, public et privé, sont suspendues.

Toutefois, la tenue d’événements et de compétitions, ainsi que les séances d’entraînement des athlètes de compétition, à l’intérieur d’installations sportives à huis clos, seront autorisées. Dans tous les cas, les associations et clubs sportifs sont tenus d’effectuer les contrôles appropriés pour limiter le risque de propagation du virus Covid-19”.

Le décret mettra fin de la Strade Bianche, GP Larciano [Industria & Artigianato], Popolarissima, Tirreno-Adriatico, Milan-San Remo, les courses élite et junior du Trophée Alfredo Binda du Tour Féminin, la Settimana Coppi e Bartali et le Tour de Sicile.

Pour Mauro Vegni, RCS Sport, espère que les courses italiennes pourraient avoir lieu à une date ultérieure de la saison 2020 plutôt que d’être complètement annulées du calendrier.

“Nous avons l’intention de travailler avec l’UCI pour trouver de nouveaux créneaux dans le calendrier pour ces courses, que nous ne voulons absolument pas perdre.  Nous avons un plan alternatif pour que les courses ne soient pas perdues. Elles pourraient avoir lieu après le Giro d’Italia en juin ou même en septembre”