Cyclisme international

Mark Cavendish : “Toute la merde dans les magazines ou sur twitter , je m’en fous”

Durant ces deux dernières années, Mark Cavendish (Bahrain McLaren) a fait l’objet de plusieurs critiques sur son absence de victoires. 

Atteint du virus d’Epstein Barr comme son manager Rod Ellignworth, il a lutté pour revenir au plus haut niveau. Désormais avec son ami, la santé va beaucoup mieux et l’envie de gagner et de faire gagner est de retour. Sur le Saudi Tour, il a joué le rôle de parfait poisson pilote pour Phil Bauhaus.

Sur Het Nieuwsblad, il a donné un petite interview . Beaucoup de gens doutent de son retour. Plusieurs médias annoncent  déjà le chant du cygne, mais il s’en fout. Il sait qu’il peut le faire avec Bahrain McLaren.

“Heureusement, il y a des gens intelligents qui comprennent que j’ai la capacité de continuer en tant que pro. Que les gens doutent dans les médias? Quelle importance ? ”

Comment se sent il chez Bahrain McLaren?

“Super. Le sentiment de pouvoir à nouveau gagner est fantastique . C’est pourquoi nous sommes venus sur cette tournée saoudienne avec l’équipe. Nous nous sommes beaucoup entraînés ensemble l’hiver dernier et nous nous connaissons tous très bien. C’était amusant.”

Un rôle inhabituel sur le Saudi Tour, poisson pilote pour Phil Bauhaus? 

“Qu’est-ce que c’est : un rôle inhabituel ? C’est le rôle de chaque coureur de s’assurer que son équipe gagne. En général, cela signifie que je joue un rôle de sprinteur, mais cela ne veut pas dire que je ne sais pas quoi faire dans un autre rôle ou que je ne peux pas en profiter. Un emploi est un emploi. Au fait, à l’époque, je roulais beaucoup en montagne pour aider Wiggins à gagner le Tour de France. Tout cela n’est pas nouveau. Le plus important, c’est que je me sente bien. J’ai toujours roulé pour des équipes qui pouvaient contrôler et dicter une course.”

Le virus d’Epstein Barr 

“C’est frustrant. Maintenant, je dois admettre que lorsque Mark Renshaw (son ancien coéquipier) a eu Epstein-barr dans le passé, j’ai toujours dit qu’il devait être un peu plus dur. Ce n’est que lorsque je l’ai eu moi-même que je me suis excusé auprès de lui. Mais que les gens ne comprennent pas ? Pfff…. Toute cette merde dans vos magazines ou sur Twitter, je m’en fous.”

Le virus est sorti de votre corps ?

“C’est comme ça qu’on le dit. Le virus lui-même sera toujours présent et nous devrons le surveiller, mais la phase active a disparue. Je me sens bien”.

Aussi bien qu’il y a, disons, trois ans ?

“Difficile à dire. Trois ans, c’est long. Mais je me sens à nouveau comme un cycliste. Je peux à nouveau aller en profondeur. Je peux à nouveau bien m’entraîner. Mais ce fut le cas l’année dernière. Je suis particulièrement heureux qu’il y ait encore des gens intelligents dans ce sport, comme Rod, qui comprennent que j’ai encore la possibilité de continuer à être un coureur professionnel.

Si je me comporte comme un con, Rod me le dira

Rod est un leader incroyable. Mettez cinq personnes totalement différentes dans une pièce et Rod les approchera de la bonne façon. Au début de ma carrière, il m’a dit qu’il n’était pas du genre à toujours être d’accord avec moi. Il est l’un des rares à ne pas être devenu un “yakker”. Si je me comporte comme un con, il me le dira. J’apprécie cela. Beaucoup de soi-disant amis m’ont laissé tomber. Il ne l’a pas fait. Je lui dois beaucoup”.

Photo BAHRAIN MCLAREN/BETTINI PHOTOS