Cyclisme français Cyclisme international

Julian Alaphilippe : “Ce sera très difficile et impossible de refaire une saison comme celle de l’année dernière”

Durant la conférence de presse, Julian Alaphilippe (Deceuninck Quick Step) était l’un des coureurs attendus par les médias. Le Français pense à l’avenir et ne s’intéresse guère au passé a tel point qu’il en avait oublié le nombre de jours passés passés sur le tour.

“Combien de jours?” a demandé Alaphilippe à un journaliste surpris. Durant cette conférence, il a aussi confié qu’il aura du mal à réaliser une saison comme celle de 2019 mais qu’il fera de son mieux comme l’a relaté Cycling Weekly

Julian Alaphilippe ; “Une saison comme l’année dernière? C’est impossible…Ce n’est pas possible je ne pense pas. Mais je ferai certainement de mon mieux pour y retourner, pour avoir une autre grande saison. J’ai réalisé que l’année dernière a été vraiment spéciale avec beaucoup de victoires, des victoires de qualité et beaucoup d’émotion. Il sera donc très difficile de refaire quelque chose comme ça, mais je vais faire de mon mieux”.

Un titre de champion de France? Pas cette année

“C’est peut-être une chose à laquelle je vais commencer à penser. Mais pas cette année, et peut-être pas dans deux ans, mais quand j’aurai environ 30 ans, peut-être que dans un moment je pourrai, mais ce n’est pas mon objectif principal”.

 Le maillot arc-en-ciel ou l’or olympique ? 

Julian Alaphilippe; “Arc-en-ciel… Euh… Non, non, non, non. Parce que je sais quel est mon but, je sais ce que je veux faire et ce que je peux faire aussi.

C’est sûr qu’après ce que j’ai fait l’année dernière, beaucoup de gens écrivent que je pourrais gagner le Tour. Mais en fin de compte, je sais ce que je peux faire et où je veux aller.”

Je peux faire un sprint mais je ne suis pas Cavendish, je suis un bon grimpeur mais je ne suis pas Christopher Froome.

Coureur exceptionnel, les journaliste lui ont demandé quels étaient ses défauts

Julian Alaphilippe ; “Non, je ne suis pas si bon, pas si mauvais en tout. Je peux faire un sprint mais je ne suis pas Cavendish, je suis un bon grimpeur mais je ne suis pas Christopher Froome. Je dois donc faire avec ce que j’ai, et parfois, comme l’année dernière au début de la saison, j’étais vraiment concentré sur Milan – San Remo, donc j’étais meilleur au sprint qu’en montagne à ce moment-là.

Mais après avoir fait beaucoup d’entraînement en montagne, et aussi en altitude, et sur le Tour, j’étais meilleur en montagne et j’ai perdu mon explosivité au sprint. Je n’aime pas avoir une seule façon de rouler, j’aime être partout! ”

Justement, le tour de France, qu’a t-il appris lors de ce dernier?

Alaphilippe; ” Durant le tour, ce n’est pas le moment d’apprendre. Il faut juste être concentré et prendre du plaisir, et ne pas faire d’erreur. On apprend quand c’est fini… et j’ai appris qu’il était difficile de conserver le maillot jaune durant….14 jours”