Cyclisme international

Lachlan Morton : « Le gravel a déjà un championnat du monde avec le Dirty Kanza »

L’Australien Lachlan Morton qui roule sous les couleurs du team EF Education First est aussi un adopte du cyclisme alternatif (dont son équipe propose un calendrier) et notamment les courses longues distances comme il se pratique sur le Gravel.

Sur le site CyclingNews, il a répondu à l’UCI qui a soumis l’idée d’organiser un championnat du monde de Gravel

Lachlan Morton (à Cyclingnews); « Ce n’est pas que je ne veuille pas en parler, mais je ne pense pas que les courses de gravier nous appartiennent. Je pense qu’en ce qui concerne l’esprit sur la course, c’est plutôt un mouvement de base, et je pense que n’importe qui dans cette discipline vous dirait qu’ils ont déjà un championnat du monde avec le Dirty Kanza ».

Le Dirty Kanza , dans le Kansas, est  l’événement Gravel le plus connu au monde, et a figuré la saison dernière dans le calendrier des courses alternatives d’EF Pro Racing. L’australien y a participé aux côtés de son coéquipier Alex Howes, de Peter Stetina de Trek-Segafredo et de milliers d’autres coureurs de tous les niveaux.

« Je suis sûr que l’UCI est consciente qu’elle doit s’adapter. Mais la réalité est que le gravel n’est qu’une promenade à vélo. Vous n’avez pas besoin d’un  gravel, vous n’avez pas besoin de freins à disque.  Vous allez juste faire du vélo sur un chemin de terre et vous pouvez appeler ça comme vous voulez. C’est un état d’esprit.

J’ai du mal à imaginer un événement de l’UCI où ils vont laisser n’importe qui s’aligner

Et je pense que la raison pour laquelle des événements comme Dirty Kanza ont autant de succès est qu’il s’agit d’événements à participation massive. N’importe qui peut venir s’aligner. Lorsque  vous arrivez à la fin d’une course de Gravel , vous pouvez parler avec le gars qui a fini six heures derrière vous parce que vous avez vécu une expérience commune. J’ai du mal à imaginer un événement de l’UCI où ils vont laisser n’importe qui s’aligner. »

Le coureur du futur sera multidisciplinaire

« Je vois mon avenir dans la course de différentes disciplines et je vois l’avenir du cyclisme de plus en plus multidisciplinaire, et plus que le cyclisme en lui-même. Et non pas « Oh, vous êtes un coureur sur route » et « Vous roulez sur des graviers ». Ce ne sont que des courses cyclistes, alors célébrons le cyclisme avec tout ça. »

PHOTOS TEAM  EF EDUCATION FIRST