Cyclisme international

Deceuninck Quick Step, première équipe WorldTour à s’engager vers la neutralité carbone

La neutralité carbone est le principe qui consiste à compenser les émissions de gaz à effets de serre (GES) dans l’atmosphère. Si on émet une certaine de quantité de GES à un endroit, elle peut être compensée si on retire la même quantité de ces gaz ailleurs.

Et dans ce domaine, la Deceuninck Quick Step est la première équipe pro et WorldTour a en prendre conscience et à le faire. C’est dans le site Cycling Weekly que les chiffres ont été publiés.

Lors de la présentation de l’équipe à Calpe, en Espagne, Deceuninck  Quick-Step a procédé à la présentation habituelle. Mais une autre annonce, une première pour une équipe cycliste professionnelle, a été aussi annoncée mais héla, beaucoup moins médiatisée. La Deceuninck Quick-Step veut devenir neutre en carbone. Un coup marketing ? Peut être mais bien utile pour l’avenir de notre planète.

Le monde a conscience qu’il faut changer de style de vie. Dans le cyclisme, les équipes du WorldTour  émettent des émissions de CO2 importantes avec leurs déplacements en avion , en bus et en voitures. Face à ce problème, Le team de Patrick Lefevere veut s’investir dans la neutralité carbone.

Car une WorldTour pollue aussi. La Deceuninck Quick Step a même publié leurs chiffres impressionnants (une première pour une équipe).

Le team a couru dans 20 pays pendant 272 jours en 2019. Ils ont parcouru 325 000 km sur 79 courses. Leur consommation totale pour l’année écoulée s’est élevée à 1 288 tonnes de CO2, ce qui équivaut à 539 vols aller-retour de Bruxelles à New York. Une surface forestière équivalent à plus de 3 000 terrains de football est nécessaire pour compenser cette importante émission de dioxyde de carbone.

Deceuninck Quick – Step a  aussi révélé qu’ils utilisent annuellement un nombre impressionnant d’objets plastiques, matériaux ou textiles ;  27.000 bouteilles, ainsi que 750 maillots, 2.500 bouchons, 180 casques et 12.500 gels, 280 vélos Specialized,  600 chaînes, 300 groupes et 400 roues pour 27 coureurs. 

Du coup, ils ont mis en place 2 projets pour compenser leur émission de dioxyde de carbone

1 Approvisionnement en eau pour une région de l’Ouganda

Le premier de ces deux projets consiste à fournir à une région de l’Ouganda un approvisionnement en eau potable, ce qui réduit les besoins de distribution d’eau ou de déforestation.

2 Reboisement et conservation du Mont Ventoux, préserver l’habitat naturel des loups qui y vivent

Le second est centré sur une région familière aux cyclistes; le Mont Ventoux. l’équipe s’associera à une commission forestière qui est investit sur la conservation et le reboisement dans la région de l’emblématique ascension française. La région est connue pour être un habitat pour les loups, dont le nombre bénéficiera du projet, ce qui devrait s’inscrire dans le cadre de l’image de marque de l’équipe avec la ” meute de loups ” #TheWolfpack.

James Knox, le coureur Britannique de la meute a commenté l’annonce, admettant la difficulté de marier les initiatives environnementales tout en gérant une équipe WorldTour, mais déclare que c’était un début.

“Ce n’est pas facile de démarrer des projets comme celui-ci sans reconnaître les difficultés et l’hypocrisie inévitable de ce qui vient avec le fait d’être une équipe internationale dans notre sport. Mais c’est bien de voir que l’équipe et les sponsors aident à faire un changement positif, bien que petit, pour l’environnement.”

Certains diront que c’est un coup marketing. Oui peut être mais celui là est utile pour tous. Un petit geste certes mais c’est toujours mieux que rien. Et sait on jamais! Peut être que d’autres équipes les imiterons.