Cyclisme international Divers

Philip Roodhooft : “Notre budget chez Alpecin Fenix est très loin de ceux des WorldTours”

Le Team Alpecin-Fenix compte 27 coureurs et 2 pros dames avec  Ceylin del Carmen Alvarado et Ronja Eibl. Pour réaliser leur saison, le team dispose d’un budget de moins de 10 millions d’euros, largement inférieur à celles des WorldTour et  à la plupart des Pro Teams actuelles. 

Hier, à Amsterdam, les frères Roodhooft ont accordé une longue interview à Wielerflits.ne. Ils parlent de l’avenir, de ce qu’ils veulent devenir avec Mathieu van der Poel à leurs côtés. Pourquoi pas comme Raymond Poulidor avec Mercier ou comme Tom Boonen avec Patrick Lefevere et la Quick Step? 

Philip Roodhooft a expliqué qui était le Team Alpecin Fenix

Philip Roodhooft (à Wielerflits.ne) ;” Mon frère Christoph et moi sommes toujours les forces motrices. Il est directeur sportif et manager. Je suis plutôt un directeur général. Je m’occupe de la publicité, en partie aussi du sport et de la vision à long terme. Nous fixons ensemble les lignes et prenons toutes les décisions stratégiques ensemble. De plus, bien sûr, petit à petit, nous construisons une équipe autour de nous”.

Les contrats des sponsors jusqu’en 2023

“Alpecin et Phoenix ont tous deux signé un accord pour deux ans. Le contrat surclassé avec Canyon court jusqu’à la fin 2023, aussi longtemps que Mathieu sera sous contrat”.

La hiérarchie des coureurs au sein du team

“Mathieu est le numéro un absolu, il n’y a aucun doute là-dessus. Mais nous voyons aussi le champion belge Tim Merlier, qui a un profil différent, comme un leader à part entière. Tim sera, la plupart du temps, sur d’autres courses. Il a prouvé qu’il peut gagner.

Avec le temps, nous verrons Petr Vakoč faire de même. S’il retrouve son niveau de 2016, au moins. Et personnellement, j’attends beaucoup de Kristian Sbaragli. Il a terminé sixième au GP de Montréal, a atteint le top 15 sur la Flèche Brabançonne. C’est encore un long chemin pour gagner, en revanche il n’a pas besoin de s’améliorer beaucoup pour atteindre le final”.

Un statut WorldTour est-il la prochaine étape ?

“Si cela s’inscrit dans notre développement en tant qu’équipe, nous ne dirons pas non, mais ce n’est pas une obligation. Ce sera difficile à court terme. Les licences délivrées à la fin de 2019 resteront valables pendant trois ans : jusqu’à la fin de 2022. Donc nous devrons chercher plus loin de toute façon. A moins que les licences ne soient vendues.”

Le Budget d’Alpecin Fenix

“Je n’aime pas non plus parler de montants. Mais dix millions ? On n’est pas si haut que ça. Disons que notre budget a triplé. Votre autre source a des informations plus précises. Mais c’est très loin des budgets du WorldTour. L’an dernier, nous avons fait des choses qui ne correspondaient pas à notre budget et nous avons accumulé des dettes au cours des dernières années. Donc nous rattrapons en partie notre retard.”

On pense alors à un parcours comme Poulidor avec Mercier ou Boonen avec Patrick Lefevere.

Mathieu van der Poel jusqu’en 2023. Et après? 

“On est encore à une signature de faire toute une carrière ensemble. Mathieu aura alors 27, 28 ans. Si quelque chose de plus se présente, ce sera probablement encore pour quelques années. On pense alors à un parcours comme Poulidor avec Mercier ou Boonen avec Patrick Lefevere.

Est ce notre rêve ultime ? Pour Christoph et moi-même, ce serait la confirmation que nous avons non seulement pris, mais aussi donné. Que des deux côtés, nous avons encore le sentiment d’avoir appris quelque chose l’un de l’autre. Mais ce que vous dites, c’est encore trop loin pour travailler là-dessus en ce moment.”

PHOTO par Photopress.be