Cyclisme français Cyclisme international

Stuart Balfour; “Sur ces mondiaux, on va se battre sur nos terres”

A 22 ans, l’Ecossais Stuart Balfour (Cotes d’Armor Marie Morin Véranda Rideau) va prendre le départ de son premier championnat du monde (en espoirs) sous les couleurs de l’équipe nationale Britannique. 

Vainqueur du GP de Plouay en 2018, 2ème en 2019, 11 du Kreiz Breizh élites cette saison, 26ème du dernier tour de l’avenir où il fut élu le plus combatif sur une étape, présent dans les échappées sur le tour d’Italie espoirs (baby Giro), Stuart Balfour fait une superbe 2ème partie de saison qui n’est passée inaperçue aux yeux des sélectionneurs Britannique ni de certaines équipes. 

Stuart Balfour, au centre, en Kilt, meilleur espoirs de la Dave Rayner Fund, entouré de James Swaw, Ben Swift et Owain Doull. Photo SWPIX
Stuart Balfour, au centre, en Kilt, meilleur espoirs de la Dave Rayner Fund, entouré de James Swaw, Ben Swift et Owain Doull. Photo SWPIX

Pourtant, tout juste sorti du monde juniors, il y a 3 ans, il était dans un hôpital où sa vie ne tenait tout juste qu’à un fil. Avec l’aide de son coach Yann Dejan, il parviendra pourtant à atteindre le monde des élites quelques mois après.

Une équipe lui fera alors confiance : “Côtes d’Armor Marie Morin Véranda Rideau”. Durant 3 ans, il va démontrer qu’on pouvait compter sur lui, en tant qu’équipier (pour Maxime Cam, Jérémy Bescond et Fabien Schmidt) et aussi en tant que leader. 

Elu meilleur espoirs britannique l’année dernière pour la célèbre fondation The Dave Rayner Fund, il est l’année suivante au départ du mondial du Yorkshire, à 2 heure 30 de route de chez lui, “un peu comme à la maison” comme il nous l’a confié.

Stuart Balfour (Photo CASSANDRA DONNE)

Stuart, quand tu as appris cette sélection, quelle a été ta réaction ? 

“Ouahhh, je suis super ravi. Etre aux championnats du monde chez nous et pas trop loin de chez moi qui plus est. Oui, heureux et vraiment honoré par cette sélection. Ce maillot, c’est un tout, 3 ans d’effort avec Cotes d’Armor Marie Morin Véranda Rideau, la confiance de la Dave Rayner Fund à mon égard, les sélections nationales sur le Baby Giro et le tour de l’Avenir entre autre. Quand tu portes le maillot, c’est aussi grâce à tous ces gens là et tu ne pas les décevoir. ”

Une saison dure des mois, pas seulement les 2 premiers mois non?

Combatif sur le tour de l’avenir, 2 ème du GP de Plouay, 11 du KBE, ta 2ème partie de saison est réussie pourtant la 1ere partie était plutôt discrète? 

“Oui, c’est un peu ça. Une saison dure presqu’un an, pas seulement les 2 premiers mois non?

Mais c’est vrai qu’en ce début d’année, je me suis posé beaucoup de questions. J’ai été déçu peut être par certaines choses et décisions, je doutais un peu de moi. Ca a duré quelques temps. Mais Yann Dejan (son coach) m’a vraiment aidé sur le plan moral. Il a été patient avec moi, il a su me recentrer et m’a aider à trouver des réponses certaines questions. Yann est mon coach. C’est lui qui m’a détecté en Ecosse quand je sortais du monde juniors. Un coach, c’est bien plus qu’un simple entraineur pour la préparation physique mais c’est aussi un gars qui va t’aider sur le plan mental. Il va te rendre plus fort et te dire que tout est devant toi.

Tu en connais beaucoup des coachs qui vont tout faire pour te sortir de là dans des moments pareils

Cela ne m’étonnes pas que Yann soit demandé par les coureurs étrangers où comme avec certaines fédérations. Il sait nous comprendre et nous transmettre. Je me souviens, j’étais dans un très sale état dans cette chambre d’hôpital il y a 3 ans. Ma famille était là et Yann aussi, tu en connais beaucoup des coachs qui vont tout faire pour te sortir de là dans des moments pareils? Et je ne parle pas de vélos là. Il a tout géré. Il y avait peu de monde à l’époque qui ne donnait pas chère de ma peau et encore moins celle sur un vélo. Peu de monde était là, je m’en souviens.”

GP Plouay 2018 (Photo Alexia Tintinger)

Tes objectifs sur les championnats du monde? 

“Le team. On sera chez nous, sur nos terres, on n’aura pas le droit à l’erreur. Je bosserai pour mon leader (Tom Pidcock) comme je l’ai fait sur le tour de l’Avenir ou sur le Tour d’Italie espoirs.  Quand tu représentes ton pays, tu penses “pays d’abord, ta pomme ne vient qu’après”. Le coach national, Keith Lambert, ne nous a pas encore donné les consignes précises mais on se battra, sur nos terres, comme des vrais diables. ”

Tes 3 ans chez Cotes d’Armor Marie Morin Véranda Rideau? 

“Années géniales. Imagine ce qu’ils m’ont permis de faire les gens des Côtes d’Armor! Ils m’ont aidé à devenir ce coureur. Je sortais du monde juniors, je revenais de cet hôpital  et ils m’ont fait confiance. Fallait oser non? J’ai énormément appris à leurs côtes. Avec les frères Cam qui sont des mecs formidables sur et au dela du vélo, avec Fabien Schmidt qui m’a vraiment appris le job durant la course tout comme des champions comme Jérémy Bescond, j’ai eu la chance d’avoir des très bon leaders comme eux. Mes DS, même si parfois je les fais criser (rires), le staff qui est toujours là auprès de nous les coureurs étrangers comme Owen James mon ami. On va même prendre le café chez certains et  on y retrouve un esprit de famille, à tous je leurs dit merci, vraiment merci ”

Les frères Cam, Florian et Maxime, font partis des gars qui m’ont donné envie d’aller au bout de moi-même

Essor Breton 2017 avec Maxime Cam (Photo Amandine Coz)

Tes meilleurs souvenirs avec les couleurs bretonnes? 

“Il y en a tant. Le Grand Prix de Plouay l’année dernière bien sur. Mais le plus affectif restera l’Essor Breton en 2017 et la victoire de Maxime Cam. C’était ma première année chez les élites et avec eux aussi. Maxime m’a fait confiance. Il jouait la gagne et me donner des conseils, me remonter le moral. Il donnait une âme au groupe. Les frères Cam, Florian et Maxime, font aussi partis des gars qui m’ont donné envie d’aller au bout de moi-même. Des mecs biens.”

Merci à The Dave Rayner Fund, et le mot est faible

La Dave Rayner Fund

“Merci. Le mot est faible tant ils ont été présents à mes côtes. Il m’ont aidé financièrement et mentalement. Sans eux, je ne venais pas en France et je ne serais sûrement pas là. Ils aident les jeunes Britanniques à se développer partout en Europe. Ils seront présents aux Mondiaux. Ils font un travail énorme pour notre jeunesse. J’ai hâte de les revoir. ”

Après les mondiaux? 

” Je reviendrai en Bretagne puis on participera à Paris Conneré et Paris Tour. Là aussi j’ai envie de faire des choses afin de conclure ses 3 ans de belle manière, de rendre la pareille à mon équipe”

L’année prochaine, tu seras où? 

” Je ne sais pas encore. C’est l’ancien champion Breton Christophe Le Mevel qui s’occupe de moi sur le choix des équipes. Je l’annoncerai quand je serais sûr. ”

Line up team UK espoirs

Tom Pidcock, Stuart Balfour, Fred Wright, Matt Walls, Jake Stewart, Ethan Vernon, Charlie Quaterman