Cyclisme français Cyclisme international

Un motard fonce sur un peloton… Un coureur, Patrick Dubourg, nous a quitté

Chaque semaine nous lisons dans les faits divers qu’un coureur nous a quitté car un “connard” dans sa voiture de plus d’une tonne n’avait pas vu l’un des nôtres. Car il était pressé, ou était au téléphone pour une conversation importante au sujet de la cuisson des pâtes…   Notre site serait tout simplement qu’une simple page nécrologique si nous rendions hommage à tous ceux qui sont tombés sous les roues et pare chocs de ces “connards” pressés, pour 5 minutes de retard, pour un coup de téléphone “urgent”. Chaque jour, nous pleurons les nôtres…

La vie des coureurs, mais que vaut elle réellement quand on voit les sentences annoncées contre ces meurtriers? Oui ils le sont car ce sont des actes délibérés.

Aujourd’hui, sur une course locale, UFOLEP,  un rendez vous entre potes surtout à Rouvillers  près d’Estrées-saint-denis dans l’Oise, 

Aujourd’hui, un coureur, un père de famille, un ami, l’un de nous, nous a encore quitté. Et là encore, notre colère est si vive que les mots nous manquent. On pense à sa famille, on pense à ses enfants, à ses amis… Dans un an, celui qui lui a enlevé la vie sera libre, voir peut être moins… Nous on aura perdu à jamais l’un des nôtres… Toi, le motard, tu retrouveras les tiens et tu voudras effacer ce sale moment de ta boite crânienne. Tu as raison,  faut oublier!  on le ferait tous si on le pouvait. Mais nous, on ne le pourra jamais…

Tu nous excuseras, monsieur le “pseudo motard”, mais on a du mal à trouver les mots pour te remonter le moral du fond de ta chambre d’hôpital, bien que tu sois dans un sale état. On voudrait te dire de lutter, sincèrement. Mais ce serait bien difficile pour nous autres, soyons francs, de te prendre dans les bras pour te réconforter. Non on ne le peut pas …. Car notre coeur est lourd et notre colère si forte car une famille ne reverra jamais l’un des siens par ta faute et seulement par ta faute. Pourquoi n’as tu pas écouté les signaleurs? Pourquoi as tu voulu gagner trente secondes sur ton trajet? Pourquoi ? Pourquoi? Réponds nous…Elle vaut quoi notre putain de vie à tes yeux? Notre vie à nous tous?

Aujourd’hui, ça pouvait être moi,  mon fils, mon père, mon ami…

On pleure Patrick Dubourg, on pense aux siens, à sa famille, à ses amis.

Putain de motard ! Putain d’époque! Putain d’indifférence…