Cyclisme international Divers

Mathieu van der Poel; “Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer”

Hier sur Gand Wevelgem, Mathieu van der Poel (Corendon Circus) était dans l’échappée royale provoquée par les bordures et le rythme effréné du team Jumbo Visma.  Une attaque quelques km plus loin sur le Baneberg mais van Aert veillait aussi au grain.  Rejoint par le peloton, van der Poel a alors misé sur le final… A l’arrivée, il termine 4ème à l’issue du sprint d’un petit peloton, de survivants.

Il s’est confié sur la ligne d’arrivée; ” J’ai appris que Gent-Wevelgem était une course difficile s’il y avait beaucoup de vent…J’ai bien aimé mes débuts et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. C’était une édition spéciale, et je ne pense pas que cela se reproduira bientôt. La course a été lancée dès le début et c’était peut-être encore plus difficile  que le début d’un cyclo-cross.

Il y avait beaucoup d’insistance pour se positionner tôt, et la course a commencé extrêmement tôt du coup, surtout pour une course aussi longue. Si vous voyez la vitesse moyenne dont nous avons terminée la course à (46.269 km / h) alors vous savez que nous ne sommes pas resté tourner en rond.  C’est bon pour le moral de pouvoir faire ça , terminer quatrième, sur une course aussi longue avec autant de vent.”

L’échappée royale

“J’étais le dernier coureur à rejoindre le groupe de tête. L’écart était probablement de cinq secondes à ce moment-là. J’ai juste sprinté à fond pour prendre la roue du dernier coureur de ce groupe. C’était probablement le moment le plus difficile de la course pour moi. C’était évident que c’était très dangereux ce groupe, avec autant de coureurs de Trek et de Jumbo. Il était clair que la course ne ralentirait plus à ce stade. ”

Il restait encore 25 km face au vent

“Je pensais les rejoindre, mais je me suis rappelé que lors du briefing, ils nous avaient dit qu’il restait encore 25 kilomètres dans le vent avant de relier la ligne d’arrivée après la deuxième ascension du Kemmelberg. J’ai attaqué sur le Baneberg, mais Wout van Aert était le mauvais gars pour me rejoindre parce qu’il avait un coéquipier dans le groupe de tête. Mais cela aurait pu fonctionner si nous étions avec 10 coureurs.”

J’ai fait le bon choix

“Mais je me suis dit que Deceuninck-QuickStep  contrôlerait pour tenter de préparer le sprint pour Elia Viviani… Alors j’ai fait le bon choix (celui de se rassoir pour attendre le peloton)…J’aurais pu être mieux placé. Il faut juste trouver une ouverture au bon moment, mais la porte s’est refermée.  Ce n’était plus possible de penser à la gagne.

J’étais heureux de constater que mes jambes pouvaient encore disputer le sprint. Au début, j’ai choisi la mauvaise roue à plusieurs reprises. Je misais sur Viviani pour le sprint, mais il était coincé. Je devais sauter d’une roue à l’autre…Ce n’était pas l’idéal pour un sprint. ”

Le Tour des Flandres?

“Je pense avoir ma place dans le groupe des favoris, mais certains coureurs ont de meilleures chances de gagner que moi. Tout d’abord, je vais courir sur Dwars Door Vlaanderens ( A travers les Flandres) ce mercredi, mais  Gand-Wevelgem a été une excellente course pour m’améliorer encore.”