Cyclisme international Divers

Bradley Wiggins: “J’aurais plus de droits si j’avais assassiné quelqu’un”

Bradley Wiggins  a accordé une interview à la BBC au sujet du rapport parlementaire affirmant que lui et le team SKY avaient franchi la ligne éthique en abusant de substances autorisées par le règles antidopage. Le rapport a affirmé que Wiggins et le Team Sky ont utilisé les médicaments pour améliorer la performance et non pour des simples raisons médicales.

“A aucun moment de ma carrière, nous n’avons franchi la ligne éthique. Comme je l’ai déjà dit, j’ai un problème de santé et j’ai consulté chez un médecin, en 2003, lorsque les médecins de British Cycling m’ont diagnostiqué ce problème. Il m’a prescrit un traitement pour cette occasion particulière il y a sept ans maintenant et sous la surveillance d’un spécialiste et j’ai respecté la mise en place avec les règles de l’époque…”

Le rapport, qui a été rendu public lundi, a présenté une analyse détaillée des pratiques médicales utilisées  par la fédération “British Cycling” et le Team Sky. Le rapport a examiné un certain nombre de questions, y compris l’athlétisme, les AUT et le cyclisme. L’affaire Bradley Wiggins avait été lancée par les Fancy Bears en  2016

“Ce n’était pas améliorer la performance dans le sens où pour moi  j’avais ce problème. J’avais des crises d’asthme, j’avais des problèmes de respiration  pendant la saison des pollens, c’était un médicament anti-inflammatoire qui a été pris pour éviter que cela ne se produise et que je puisse resté au même niveau que j’avais concouru toute l’année et avec mes rivaux.

J’aurais eu plus de droits si j’avais assassiné quelqu’un que dans ce procès. Je ne sais pas quelle est la motivation de la source.. (sic) Qui sont ces sources? Quelles sont ces motivations?”