Cyclisme Cyclisme français Cyclisme international

Augmentation du salaire minimum pour les coureurs du WorldTour et Pro continentales

Le cyclisme n’est pas un vraiment un sport où la moitié du peloton worldtour roule en porsche, ça se saurait ! Mais quand même, quelques règles régisssent fort heureusement le salaire du coureur ! l’UCI, dont le nouveau président est David Lappartient, annonce aujourd’hui  que le salaire minimum en  WorldTour et en Pro Continental devrait augmenter en 2018 pour la première fois depuis cinq ans. Sous l’ère Cookson, rien ne s’était passé.

 

Le breton David Lappartient pdt de l’UCI et Peter Sagan

Pour les coureurs d’équipe WorldTour, l’augmentation devrait être de 2000 euros par an tandis que pour ceux des pro continentales, l’augmentation devrait être de 605 euros pas an. Pas de quoi pavoiser mais c’est toujours un plus indéniable !

Malgré l’inflation générale, le salaire minimum officiel n’a pas changé depuis 2013, alors qu’il était fixé à 36 000 euros pour les coureurs WorldTour et de 32 ​​250 euros pour les courses évoluant en Pro Continentales.

Pour les neo-pros en WorldTour, le minimum salariale était garanti à 29.370 euros, tandis que pour ceux des néo pros en pro Continentales, il est fixé à 25.300 euros.

À partir du 1er janvier 2018, les néo-pros recevront au moins 25 806 euros au niveau Pro Continental et 30 839 euros en WorldTour. Leurs homologues de plus de 25 ans auront droit à un salaire minimum de 30.855 euros en Pro Continental et de 38.115 euros en équipe WorldTour.

Le nouvel accord a donc présenté des augmentations de 2% pour 2019 et ensuite de nouveau 2% pour 2020. Un nouvel accord sera discuté après la saison 2020, mais si les parties impliquées ne peuvent pas se prévaloir d’un nouvel accord,  les montants fixés pour 2020 demeureront en vigueur jusqu’à ce qu’ils soient remplacés.

Le salaire minimum ne couvre que les équipes WorldTour et Pro Continental mais pas pour le peloton féminin, qui est géré selon les mêmes règles que les équipes continentales masculines. C’est une des lacunes de ces nouveaux accords. 

L’accord a été approuvé par l’Association professionnelle des cyclistes (CPA) et l’Association internationale des groupes professionnels de cyclisme (AIGCP).