Cyclisme Cyclisme français Cyclisme international Interviews

Rémi Cavagna a des ambitions sur le championnat de France.

A 21 ans le Français Rémi Cavagna entame sa première saison au sein d’une des plus grandes équipes de la planète qu’est le team “Quick Step” de Mr Patrick Lefevere. Les Belges ont reconnu de suite le potentiel du double champion de France espoirs du contre la montre (2015 et 2016), vice champion d’Europe 2016 de la spécialité et vainqueur du Tour de Berlin la même année à tout juste 20 ans.  La semaine dernière, Rémi Cavagna a encore réalisé un bel exploit en terminant 2 ème du général du Tour de Belgique  devant Tony Martin et son coéquipier Philippe Gilbert, portant au passage le maillot de leader à l’issue de la 4ème étape.

Alors que tous avions les yeux rivés sur la superbe performance de Thibault Pinot sur le Giro d’Italia, Rémi Cavagna nous rappelait, le même jour, que la relève tricolore est bel et bien là et qu’il faudra aussi compter sur lui à l’avenir, là bas en Belgique au sein de cette équipe véritable vivier de champions tels Dan Martin, Philippe Gilbert, Julian Alaphilippe, Fernando Gaviria, Matteo Trentin, Zednek Stybar, Yves Lampaert,Marcel Kittel et tant d’autres. Bref, on n’est pas choisi par hasard par le team Quick-Step. 

 

2ème du dernier Tour de Belgique après en avoir été le leader, le Français âgé de 21 ans s’épanouit au sein de Quick Step (Photo Equipe Quick Step)

 

Rémi Cavagna, vous sortez du Tour de Belgique où vous terminez second du général après avoir porté le maillot de leader. Comment vous sentez vous ?

Rémi Cavagna; ” Bien, les jambes sont là et je me sens vraiment bien. Sur la 4ème étape quand je suis sorti avec les Katusha, c’est Philippe (Gilbert) qui m’a convaincu d’y aller pour faire rouler le team de Wout Van Aert derrière et on a été jusqu’au bout. Dès lors que l’on avait un gars devant, les autres roulent pour lui.  La veille, j’avais fait un bon chrono en terminant 5ème derrière Thomas Brandle,Tony Marin, Wout Van Aert et  Sylvain Chavanel, J’étais vraiment content de ce résultat. Sur la 4ème, avec l’échappée on a fini à 30 sec devant le peloton et je prends le maillot de leader, ce n’était pas vraiment prévu mais oui ça booste le moral. L’année dernière, je remportais le Tour de Berlin et je prenais une 2ème place sur Paris-Arras Tour à la même époque. Là je sens que je peux faire de belles choses encore cette saison. ”

 

 

Rémi Cavagna (Photo Equipe Quick-Step)

 

Quand on roule pour des champions comme Philippe Gilbert, Dan Martin ou Marcel Kittel,  comment cela se passe  ?

Rémi Cavagna; ” Bien, on ne peut mieux. On fait le job et Philippe et tout les autres m’apprennent beaucoup. Quand j’ai pris le maillot de leader sur le Tour de Belgique, Philippe était vraiment content pour moi. Au sein du team, ça se passe vraiment bien. J’apprends énormément avec Quick Step au sein d’une ambiance vraiment “famille”.  Je ne suis que néo-pro et je suis là pour 2 saisons. ici, tu es dans une grande équipe, tu es super bien encadré et conseillé. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre et à réaliser. ”

 

Vos objectifs pour cette saison?

Rémi Cavagna. ” Rouler pour mes leaders sur les différentes courses bien sûr comme hier sur la kermesse Gullegem Koerse  où le team prend les 3 premières places avec Yves Lampaert, Julien Vermote et Tim Declercq. Je vais au Limbourg pour les “Hammer Series”. C’est nouvelle épreuve qui ne se joue que pour l’équipe. C’est mon prochain rendez vous avec le team “Quick Step”. Pour ma part, il y a quelques belles dates qui me plaisent et notamment le championnat de France à Saint Omer.  Je pense que je peux faire un truc sur le chrono et sur la route. Le profil de ce circuit me plaît et j’aimerais bien y jouer le podium sur les 2 épreuves. ”

 

Porteur du maillot de meilleur jeune sur le dernier tour de San Juan (Photo Equipe Quick Step)

 

.
La France, justement, vous y revenez de temps en temps?

Rémi Cavagna: ” Oui bien sûr, j’y vis toujours même si je n’y suis pas souvent. J’aime bien m’y ressourcer de temps en temps.  Je croise des amis et anciens coéquipiers  comme Sébastien Fournet-Fayard ou Alexis Dulin. Mais quand je m’entraîne là bas, je préfère rouler tout seul qu’à plusieurs, juste pour retrouver mes routes et du repos. ”