Cyclisme Cyclisme international

Le team Sky, sa crédibilité et Dave Brailsford au centre de la scène!

  locj  locj locj

Andorre - France - wielrennen - cycling - radsport - cyclisme - Chris Froome (GBR-Team Sky) - David Brailsford (GBR / Teammanager Team Sky) pictured during the first restday of the 2016 Tour de France in Andorre - photo VK/PN/Cor Vos © 2016
photo VK/PN/Cor Vos © 2016

 

 

C’est un article de notre confrère Shane Stokes de ” Cycling Tips” qui a attiré notre attention. Alors que très peu commenté en France, le team SKY connaît quelques problèmes au sein même de son Royaume. Les Anglais commencent à douter, à se poser des questions sur cette équipe qui prône pourtant sa transparence et qui se débat difficilement dans de drôles d’explications au sujet d’un certain sac emmené directement par avion le matin de Manchester au Dauphiné puis reparti le jour même. Mais c’est plus l’attitude de leur manager qui suscite des interrogations que le contenu de ce sac en lui même. Comme dirait le proverbe “Nul n’est prophète en son pays! ”  

 

sky-camille

 

 

En voici la version française.
19 décembre devant les parlementaires et le comité spécial du Parlement du Royaume Uni, comme une présentation du Team Sky durant le Tour de France, Chris Froome est là !

Malgré sa présence,  cependant c’est Dave Brailsford qui se place au centre de la scène. L’homme principal, le manager du Team Sky parle pendant plusieurs minutes avant de passer la parole à Froome. Son langage corporel et son assertivité sont beaucoup plus prononcés que ceux de son coureur star.

Tel est le cas lors de ces fameuses conférences de presse. Brailsford parle d’abord, donnant un long résumé des choses, partageant son point de vue, attirant clairement les projecteurs. Une fois terminé, le chef d’équipe désigné Froome obtient finalement le micro.

Froome est peut être le plus grand nom de ce sport, mais il cède la place au patron de l’équipe à ces séances de médias, il se plie.

En vérité, Brailsford a toujours été au centre de la scène du Team Sky. Il a longtemps été identifié et représenté comme numéro un dans l’organisation. Pour beaucoup, Team Sky est considéré comme son idée originale, sa création.

Brailsford a été une fois de plus le centre d’attention la semaine dernière,  comparaissant à la Chambre des communes britannique devant un comité spécial composé de membres de la culture, médias et Sport  à Londres. Brailsford, son ancien homme de main Shane Sutton et d’autres ont été appelés devant des parlementaires pour répondre aux questions relatives à l’utilisation de substances médicales par Bradley Wiggins, le vainqueur du Tour de France 2012.

Les questions ont été suscitées par des documents divulgués, en septembre, par le groupe de hackers Fancy Bear – des documents montrant que Wiggins avait reçu des injections d’un corticostéroïde appelé triamcinolone avant les Tours 2011 et 2012 et le Giro d’Italia 2013

Normalement interdite, mais approuvée grâce à une exemption d’usage thérapeutique (AUT) que l’équipe a obtenue (auprès de la fédération Britannique British Cycling dirigé à l’époque par Cockson l’actuel président de l’UCI World) la substance a néanmoins suscité des controverses. Mis à part les contradictions claires avec ce que Wiggins avait dit auparavant, ce produit avait également été utilisé dans le passé par des coureurs dopés cherchant à gagner un avantage concurrentiel.

Le comité a tenu à obtenir des réponses sur ce sujet de ce mystérieux paquet livré à l’équipe à la fin du Critérium du Dauphiné 2011 en France.

L’existence du paquet a été signalée pour la première fois par le Daily Mail en octobre; Brailsford et d’autres membres de Team Sky et British Cycling ont refusé d’identifier le produit en question pendant plusieurs semaines. Ils ont également refusé de dire si elle avait été administrée par l’ancien médecin de l’équipe Sky Richard Freeman à Wiggins.

Lundi 19 Décembre, Sutton a finalement confirmé. De façon improbable, il a insisté sur le fait qu’il n’avait aucune idée sur l’identification du produit qui a été administré au coureur dont il était le coach personnel. Au lieu de cela, c’est Brailsford qui a expliqué ce qui avait dans le paquet, en avouant que c’était un décongestionnant appelé Fluimucil. Seul Brailsford parle !

Bien que le produit soit facilement disponible dans un certain nombre de pharmacies proches de l’endroit où Team Sky était situé durant la course, Braislford a décrit comme normal que Simon Cope de British Cycling le transporte de Manchester en avion au Critérium du Dauphiné.

Cela aurait pu être la fin de la question, mais ce n’était pas le cas. De son propre aveu, Brailsford avait créé beaucoup de buzz autour de l’histoire et c’est sa conduite au cours des dernières semaines qui a causé beaucoup du mal au team SKY, sa transparence!

Brailsford a refusé de dire au Daily Mail en Octobre que le paquet contenait une substance si bénigne. Il a également dit deux choses qui ont ensuite été prouvées comme étant fausses: Il a raconté au journal que Cope n’a pas voyagé en France pour rencontrer Freeman et Wiggins, mais plutôt pour rencontrer la coureuse britannique Emma Pooley. Problème, elle était à près de 700 miles en Espagne ce jour là.

Brailsford a également déclaré au journal Daily Mail journaliste Matt Lawton qu’il était impossible que Wiggins et Freeman avaient eu une consultation.  Cela s’est également avéré inexact.

Quelques semaines plus tard, la crédibilité de l’équipe a été gravement endommagée, Brailsford a admis qu’il avait fait de grosses erreurs dans la façon dont il avait traité la question.

Je me suis longuement regardé dans le miroir et j’ai réfléchi très soigneusement à la façon dont j’ai géré personnellement la situation”, a-t-il déclaré au comité spécial. “Je pense que j’aurais pu faire beaucoup mieux, franchement. Je voudrais penser qu’en termes de performance, nous avons fait assez bien, mais à cette occasion, dans la façon dont j’ai réussi à faire à cela, je me juge d’abord et ne regarde personne d’autre dans le rétro! 

«Nous menons une opération fantastique, nous avons des gens fantastiques, ils sont des normes les plus élevées, ils ont une grande intégrité. Et ils ne méritent pas franchement d’avoir cette ombre jetée sur eux … Il y a des gens qui exécutent formidablement et ils ne méritent aucune ombre que ce soit au tableau.Cela me fait mal, vraiment, qu’ils ont dû avoir ce doute jeté sur eux À cause de mes actions. Cela va rester en moi pendant encore longtemps, je peux vous assurer. “

 

 

geert-leinders

 

Le cas du Docteur Leinders

 

Le mea culpa de Brailsford pourrait paraître honorable. Cependant, ce n’est pas la première fois qu’il a gravement endommagé la réputation de l’équipe.

Après une mauvaise saison 2010, Team Sky avait signé avec le médecin néerlandais Geert Leinders pour faire partie de l’équipe. Leinders avait déjà travaillé avec l’équipe de Rabobank liée à un certain nombre de scandales précédents y compris l’affaire de Michael Rasmussen.

Brailsford a dit au comité qu’il a fait la diligence requise pour ce recrutement et n’a rien découvert d’anormal. Mais plus tard, il est apparu que Leinders avait été impliqué dans des pratiques de dopage avec Rabobank.

Brailsford a plus tard admis qu’il avait mal mesuré ce recrutement. «Notre point de vue sur ce  recrutement était une chose bien étudiée et analysée et ce que nous avons tous appris par la suite était assez horrible», a-t-il déclaré en janvier 2013 à Cycling Weekly. “Si nous avions su ce que nous savons maintenant [sur Leinders], nous n’aurions pas recruté ce gars à coup sûr. Nous avons recruté ce gars par ce que nous pensions avoir fait le bon choix – nous l’avons interviewé, nous nous sommes assis avec Steve (Peters, psychiatre de SKY) et on s’était bien documenté sur lui. Si nous avions su, nous ne l’aurions pas fait. ”

En juillet 2013, il est allé plus loin. «Le tout est de ma responsabilité», avait-il dit. “Je vais prendre ça carrément sur le menton. C’est quelque chose que je regrette, c’est une erreur. Je n’aurais pas dû le faire. J’ai fait une erreur de jugement.”

 

En janvier 2015, Leinders a été interdit à vie par l’Agence américaine antidopage.

La signature de Leinders n’a pas été la seule raison pour laquelle la diligence raisonnable du Team Sky a échoué. L’équipe a eu une stricte «politique de tolérance zéro» depuis sa création, exigeant de tous les coureurs et du personnel de promettre qu’ils n’avaient jamais dopé. En octobre 2012, Bobby Julich et Steven de Jongh ont quitté l’équipe; Tous deux ont admis publiquement le dopage au cours de leur carrière. Le coureur canadien Michael Barry a également admis l’utilisation passée de substances interdites. Il a quitté l’équipe et pris sa retraite.

 

logi

 

Le cas Jonathan Tiernan-Locke

La question de la diligence raisonnable a repris du plomb dans l’aile encore une fois en Septembre 2013 quand il est apparu que le coureur du  Team Sky Jonathan Tiernan-Locke avait un passeport biologique suspect. La saison précédente, il avait eu un certain nombre de résultats exceptionnels et attiré l’attention du Team Sky. Il avait gagné le tour de Grande-Bretagne vers la fin de la saison et avait roulé au championnat du monde sur route pour la Grande-Bretagne; Un contrat de deux ans avec le Team Sky avait été annoncé peu de temps après.

Bien que Tiernan-Locke n’était pas encore dans l’effectif du Team Sky durant la période où ses données sur le sang ont été jugé hautement suspect, il est apparu plus tard que l’équipe SKY avait fait beaucoup moins d’effort pour le recrutement  avant de lui donner un contrat. En septembre 2014, le manager de Garmin-Sharp, Jonathan Vaughters, a expliqué que sa propre équipe avait fait cette enquête deux ans plus tôt quand il envisageait d’embaucher Tiernan-Locke.

Le coureur britannique été alors pro dans le team continentale Endura, qui ne faisait pas partie du programme de passeport biologique de l’UCI; Aucun profil de bio-passeport n’existait pour Tiernan-Locke.

Conformément à la politique de l’équipe, Vaughters a exigé que tous les coureurs sans passeport biologique effectuent une série de tests sanguins et de performance à court terme afin d’établir un profil et de prouver qu’ils n’étaient pas un risque pour le team.

“Si nous sommes en contact avec un coureur et qu’il veut venir dans l’équipe, nous lui envoyons un billet d’avion et lui demandons de venir à Gérone le lendemain »,

Vaughters a déclaré que pendant sa période de fortes performances, Tiernan-Locke a donné des excuses à plus d’une occasion sur les raisons de son incapacité à  venir effectuer les tests. Quand il a finalement montré ses tests, ses valeurs sanguines étaient normales, mais sa puissance de sortie était beaucoup moins de ce qu’elle aurait dû être au vu des résultats.

“Ce n’était certainement pas le gars qui avait largué Philippe Gilbert et Dan Martin au Tour  Med”, a déclaré Vaughters. «C’était un test de puissance d’un coureur professionnel très moyen”.

Vaughters a décidé de lui offrir plus de possibilités de test avant un contrat, mais il a déclaré que l’intérêt de Tiernan-Locke s’était refroidi en raison de l’intérêt de Team Sky.

Étant donné la position nettement plus tranchée du Team Sky sur sa politique de tolérance zéro, l’équipe a-t-elle effectué des tests similaires? Pas assez selon le journaliste Shane Stokes.

 

talk

 

Qui est Dave Brailsford ?

C’est sans doute plus l’attitude de Dave Brailsord qui a été examinée durant cette session et ces choix catastrophiques pour l’image du team SKY.

Il a joué un grand rôle dans le succès de l’équipe, mais il a également été l’un des composants majeurs dans un certain nombre d’épisodes dommageables alors qu’il prône l’éthique rigoureuse et la transparence.

Pression sur le journaliste Lawton

Au lendemain de la session du comité, d’autres préoccupations ont été soulevées. Lawton le journaliste qui a dévoilé l’histoire au sujet du paquet mystérieux, a raconté ensuite sa conversation avec Brailsford. Il a écrit que le chef du Team Sky était clairement effrayé par les informations que le journaliste avait reçu au sujet du paquet et lui a indiqué que cela pouvait signifier la fin de l’équipe.

Lawton a écrit que Brailsford a essayé de le faire abandonner l’histoire en lui offrant une alternative, une histoire plus positive à la place. Mais cela n’a pas fonctionné. Dès lors, Brailsford a proposé au journaliste des détails sur une équipe rivale gagnant des courses avec des AUT.

Lawton a également écrit qu’après plus de deux heures ensemble à discuter, Brailsford a demandé s’il y avait “autre chose qui pouvait être fait?”

Si c’est vrai, ces actions ne semblent pas s’aligner avec un paquet contenant un simple médicament. Des suggestions ont été émises selon lesquelles Braislford aurait fourni des informations erronées au comité spécial.

CyclingTips a parlé à plusieurs personnes déjà connectées avec British Cycling et le Team Sky. L’image qu’ils donnent de Braislford est quelqu’un qui peut à la fois calculer et contrôler ses relations avec différents acteurs de la scène cycliste.

Cependant, quoi qu’il en soit sur sa personnalité, sa manipulation de la situation Wiggins a été désastreuse. Cela a causé bien plus de dégâts que s’il avait tout simplement dit à Lawton que le colis contenait du Fluimucil.

Mais ce n’est pas la première fois que Brailsford a mis l’équipe et ses employés dans une situation indélicate. Comme quelqu’un qui s’est longtemps placé au centre de scène de l’équipe, les situations de Wiggins, de Leinders et de Tiernan-Locke sont de sa responsabilités.

Brailsford peut avoir joué un rôle majeur dans la construction de l’équipe, mais ses actions sont maintenant critiquées . Pour le Team Sky, sa démission peut être la meilleure façon de regagner la confiance du public.

Article en anglais par Shane Stokes Cyclingtips