Cyclisme Interviews

Dan McLay: un Briton chez les Bretons de Bretagne Séché Environnement

Dan Mc Lay (photo Mathilde L'Azou)
Dan Mc Lay (photo Mathilde L’Azou)

 

Il est l’un des grands espoirs du sprint Anglais,le jeune Daniel McLay (22 ans) vient de signer chez Bretagne Séché Environnement. Né en Nouvelle-Zélande, autre pays du sprint, il est devenu Champion du Royaume Unis sur piste dès l’âge de 16 ans. En juniors, il se classe 2ème de Paris Roubaix et devient Champion du Monde sur piste (Américaine) avec Simon Yates. Un puncheur sprinter qui, cette saison,  a levé par 3 fois les bras sur la 3ème étape du Tour de Normandie dont il remporta le maillot vert, puis la 3ème étape de Paris-Arras et la 3ème étapes du Tour de l’Avenir et possède un excellent palmarès en  chrono comme le prouve ses multiples podiums aux championnats de Grande Bretagne. Après avoir passé 3 ans chez Lotto Belisol, voilà le jeune Anglais qui arrive en terre Bretonne. Be Celt l’a rencontré à l’annonce de cette nouvelle.

 

 

Redoutable sprinter, il est aussi un formidable coureur de chrono où il décroche la 3ème place aux Championnat du Royaume Unis U23 cette année (photo Alexanne Bonnier)
Redoutable sprinter, il est aussi un formidable coureur de chrono où il décroche la 3ème place aux Championnat du Royaume Unis U23 cette année (photo Alexanne Bonnier)

 

Be Celt: “Vous rejoignez Bretagne Séché Environnnement, pourquoi ce choix ?”

Dan McLay ” C’est une équipe qui se transforme énormément avec de très bons coureurs. Ils ont un beau calendrier avec de belles classiques et des coures par étapes de haut niveau. C’est une bonne chose d’avoir été pris dans le team d’Emmanuel Hubert, je vais apprendre énormément et donner le meilleur de moi-même.”

 

Be Celt; “Yauheni Hutarovich, Armindo Fonseca, Romain Feuillu, Florian Vachon et maintenant vous, cela fait une belle équipe de sprinters “

“Oui, il y a de grands sprinters comme Hutarovich que j’apprécie beaucoup et Feuillu. Ce sont des coureurs capables de faire des podiums sur les grandes épreuves et on sera nombreux à les aider quand il le faudra. Ils sont tous capables de gagner et je serais à la hauteur de ce que les autres attendront de moi. Je ne les connais pas encore mais j’ai vraiment hâte de les rencontrer. ”

 

3 victoires au sprint cette saison en France, sur le Tour de Normandie, Paris Arras et sur le Tour de l'Avenir (photo Alexanne Bonnier)
3 victoires au sprint cette saison en France, sur le Tour de Normandie, Paris Arras et sur le Tour de l’Avenir (photo Alexanne Bonnier)

 

Be Celt: ” Vous avez gagné souvent  cette saison, comment vous sentez vous pour la saison prochaine ?”

“Oui par 3 fois en France, et j’en ai gagné aussi en Belgique, sur les kermesses par exemple. J’ai pris de la “caisse” cette année, et acquis plus de maturité. Je ressors plus expérimenté en cette fin de saison et très confiant pour la prochaine, surtout au sein de cette équipe.”

 

Be Celt: “Quels seront vos objectifs avec Bretagne Séché Environnement ?

“Je ne sais pas encore. je n’ai pas encore rencontré l’équipe. Ils me définiront mon rôle quand je les rencontrerais  mais je suis la pour apprendre , m’intégrer, et ensuite pour en claquer quelques unes. J’aime bien les classiques comme Paris Roubaix où j’ai terminé 2ème en juniors, mais je me sens tout aussi à l’aise dans les courses par étapes comme sur le Tour de Normandie. Je n’ai pas de pression, je suis assez relax, je sais qu’il me faudra faire mes preuves sur les courses avant de pouvoir prétendre aux plus grandes. Je suis confiant.”

 

Be Celt: Le Tour de France ? 

“Ca oui, un rêve, et il faudra travailler pour y aller. Mais je garde cet espoir;”

 

Be Celt: Votre meilleur souvenir  chez Lotto Belisol U23  ?

“J’en ai plein, mes meilleurs ne sont pas les victoires mais plutôt l’esprit qui y régnait. Une véritable bande d’amis et on s’entendait très bien. Les voyages et l’esprit d’équipe durant nos course restent mes meilleurs souvenirs”

 

Be Celt: “Vous allez prendre des cours de Français maintenant ? “

“(Rires ), oui, je vais devoir parler le Français, c’est vrai que je ne le parle pas encore ni le Breton (rires) mais je vais apprendre très vite”.