L’Armée de Terre en mode « combat » sur la An Post RAS en Irlande

L’Armée de Terre en mode « combat » sur la An Post RAS en Irlande

Le team Armée de Terre va prendre le départ de la 65ème An Post RAS (Tour d’Irlande) ce dimanche à Dublin, sur les terres de Stephen Roche, Sean Kelly ou Sam Bennett.  Sur cette île où leur président de la République Mr Higgins est lui même un écrivain poète, tout est différent, à mille lieux de ce que l’on peut connaître, un retour simple à l’essentiel. Rouler en Irlande est une véritable odyssée qu’aurait pu narrer James Joyce, le célèbre écrivain de cette verte Erin exilé en France.  Là bas, sur ces terres bercées par les mythes depuis des millénaires, tout se raconte en musique, en poème, en conte. Là bas, en Irlande, tu es toujours le bienvenu si tu as l’âme d’un doux rêveur ! La bas en Irlande, on ne se la joue pas « Diva » au détour d’une course, d’une discussion. Là bas sur les terres des légendes, tu n’es simplement qu’un passager de la vie, acteur de l’histoire de l’île, de ses légendes. Un habitant de Galway nous racontait un soir au fond d’un pub, véritable réseau social sur l’île; « Ici, tu peux même rencontrer les acteurs ou chanteurs comme les gars de U2 ou Colin Farell, Liam Neelson au pub du coin, même Barack Obama est venu boire sa guinness pour retrouver sa famille Irlandaise ! Mais tout le monde se fout vraiment de qui ils sont, pour ça qu’ils viennent ici justement. Si il est sympa, humble et reste simplement un homme,  on taille la bavette sans ces putains de selfies,  sinon il va se foutre. »

 

 

La An Post RAS en Irlande (UCI 2.2) photo DR Course

 

Comprendre ça, c’est comprendre le Fighting spirit, celui d’un « petit » peuple qui a réussi à déjouer les grandes puissances, de cette île où le respect se gagne au combat à force de ténacité.  Et Depuis quelques années, les organisateurs de la An Post RAS avaient eu ce p’tit coup de coeur pour une équipe  » Frenchie » avec celle de l’Armée de Terre qu’ils avaient rencontré en 2014 avec la victoire de Kevin Lebreton sur le Kreiz Breizh chère à l’Irlandais Eddie Dawson. Ce jour là, les Irlandais ont trouvé leur équipe de coeur.  De cette équipe élite crée en 2006 devenu ce team pro victorieux de nos jours, née dans la tête d’un doux dingue comme celle de Lima Da Costa avec Cédric Barre rejoint par Vincent Bengochea et Jimmy Casper. Il en fallait une sacrée dose de rêve pour aller conquérir cette place tels ces fous de rêveurs d’irlandais.  Ce « fighting spirit », les gunners l’ont depuis le début de cette saison justement.

 

2014, Eddie Dawson ( à droite) rencontre l’Armée de Terre sur le Kreiz Breizh

 

Rappelez vous simplement de cette équipe élite invitée à disputer les courses pros, parfois même sous le rire moqueur de certaines divas. Ils ont répondu en guerrier et ont claqué bien plus que de belles courses, ils ont enfin claqué le beignet à ces « snobs »en remportant de belles bastons de classe 1 comme celle de Damien Gaudin parti chercher de loin tel ce fou le Tro Bro Léon, celle de Julien Loubet jaillissant dans ce kilomètre où on ne l’attendait pas sur le tour du Finistère. Et celle aussi en HC de Benjamin Thomas, champion du monde sur piste, sur les 4 jours de Dunkerque devant un Sylvain Chavanel saluant même l’exploit du jeune gunner. L’Armée de Terre est à l’image de cette Irlande justement. Elle n’est jamais où on l’attend tels ces leprechauns, tout de vert vêtu, surgissant de nulle part. Un groupe humble mais prêt à allez chercher la gagne avec leurs tripes, sans complexe, à la barbe des grandes puissances World Tours. Voilà ce qui a plu de suite à Eddy Dawson en premier lieu puis à Tony Campbell l’organisateur de la RAS.  Ils ont en eux cette flamme que les Irlandais respectent justement. Là bas, en Irlande, on ne choisi pas les équipes étrangères par hasard, on les choisi pour leurs passions, leurs coeurs,  leurs envies d’en découdre sur cette terre où même les grandes armées anglaises ont pris une véritable branlée. Ils l’aiment la baston justement ces Irlandais.  Et enfin car l’équipe Armée de Terre applique cet adage tout droit venu d’Irlande:  » L’espoir, c’est ce qui meut en dernier! ».

 

Yannis Yssaad et sa pointe de vitesse (Photo Camille Le Saux Be Celt)

 

 

Clément Barre, quels sont vos objectifs sur le Tour d’Irlande AN Post RAS? 

Cédric Barre:  » Jouer le général et les étapes. On n’y pas pas en touriste en Irlande. On sait ce qu’implique de courir sur cette île. On a des gars pour le général comme Thomas Rostollan qui a terminé déjà 2ème du général, il connaît bien l’esprit de cette course particulière. Il y a aussi Stéphane Poulhiès qui aura un rôle important sur le général. Jérôme Mainard sera aussi un atout pour les étapes vallonnées Pour les étapes au sprint, des gars comme Yannis Yssaad qui a déjà remporté Paris-Troyes cette saison ou Morgan Kneisky, fraîchement champion du Monde sur piste,  joueront leurs cartes. On a une équipe au point pour la An Post RAS. On sera acteur du général et sur les étapes.  »

Que redoutez vous le plus sur la An Post RAS? 

Cédric Barre ;  » Il faut juste imaginer que c’est l’équivalent d’un tour de France chez eux. C’est diffusé à la télé, les écoles s’arrêtent pour le passage du peloton, il y a plus de monde chez eux qui suivent la RAS que le Tour de France, c’est énorme non?  Du coup, la RAS donnent la chance aux coureurs locaux de se montrer avec les « Counties », ces équipes de comté qui sont des cat 1 pour la plupart. Ca fait 39 équipes avec les pros comme le Team Wiggins, JLT Condor, Madison, An Post ChainReaction et les sélections nationales comme celle de Belgique ou d’Australie. 195 coureurs au départ avec ces différents niveaux. Ca va chuter sûrement en début d’étape. On rajoute à ça les routes étroites où il n’y pas de trottoirs, il faudra alors se placer en tête dès le début d’étape pour éviter les mauvaises surprises. De plus, les Irlandais sont déchaînés chez eux. Ca va attaquer tout le temps, ils le font chaque année et ils vont tout faire pour en claquer devant les leurs. Thomas Rostollan et Morgan Kneisky ont une bonne expérience de ces courses Irlandaise et Anglaises, ils conseilleront les autres. Ca ne vas pas être une partie de plaisir, je vous le garantis.  »

 

La dernière victoire de l’Armée de Terre. Celle de Benjamin Thomas sur les 4 jours de Dunkerque

 

L’Armée de Terre a franchi un cap cette saison. 

Cédric  Barre;  » Oui clairement. Notre objectif en début de saison était de remporter une course pro de classe 1. On en claque 2 et en plus on en claque une Hors Catégorie, ça fait 11 victoires avec les classes 2, plus les titres de champions du Monde de Morgan et Benjamin.c’est vraiment bien plus que nos ambitions d’origine. Nous sommes dans une dynamique et j’espère qu’elle continuera.  Nos objectifs sont largement atteints, notre saison est magnifique, on est sur un nuage. Si on nous avait dit cela au début d’année, on aurait signé de suite. Mais elle n’est pas finie justement. On peut gagner chez les pros et on a des ambitions sans complexe dorénavant. C’est vrai que l’on pense au championnat de France par exemple, pourquoi pas? On gagne des courses qui sont parfois plus dures que le circuit du France, alors pourquoi ne pas en faire un objectif? Nos gars ont prouvé qu’ils en sont capables.  »

 

 

L’équipe Armée de Terre pour la An post RAS 2017

DS: Cédric Barre

Coureurs

Thomas Rostollan

Stéphane Poulhiès

Yannis Yssaad

Jérôme Mainard

Morgan kneisky

About The Author

Related posts

Laisser un commentaire