VELOTEC;  » La French Touch à l’Irlandaise » a de belles ambitions !

L’équipementier présente sa nouvelle collection hivernale avec les superbes photos de Jonathan Aubry (Ici Julien Trarieux et Manon Testou)

Photos sur le facebook et site de la marque  VELOTEC

 

Cela fait un bail que l’Irlandais Patrick Quinn (que l’on nomme Padraic en Gaelic) vit pour le vélo. Cet ancien sociétaire du VS Lanester 56, du VS Scaer et de l’UV Aube, plusieurs fois sélectionné en équipe nationale a élu domicile dans le sud de la France à Hyères. Le commentateur du Tour de France pour la verte Erin est tombé amoureux de cette région du soleil qu’est le Var mais n’oublie pas les fjords qui bordent les lacs  de son village natal. 

Lui, l’homme de Spiddal dans le Connemara partage sa vie entre Galway et la France. Il est aussi le créateur de la marque de textiles VELOTEC CUSTOM CLOTHING. Basée à Spiddal justement, cette petite société s’est fait un nom à travers son pays d’origine, le Royaume Uni, les USA, l’Australie et arrive en France depuis 2 ans son pays de coeur. Il a posé ses valises aux pieds des cols du Tour de France qu’il commente derrière son micro chaque année, histoire de rouler tranquille sur ces pentes et de découvrir ce pays qui lui apporte tant. Pas le genre de bonhomme à rouler les mécaniques, à se la jouer en mode « Patron » malgré ses succès en affaires et dans les médias (il produit aussi), non ce n’est pas le genre de la « maison ». Quand il vous tend la main, son sourire est sa poignée sont sincères !  

 

Avec Bernard Hinault qu’il respecte en tant que champion et en tant qu’homme dans le rues de Galway durant le Tour du Connemara

 

Il sait d’où il vient et ce que le vélo lui a apporté. Il est de ce Connemara qui vous enseigne le respect de la terre, des valeurs, des hommes et du travail bien fait.  Il est un Irlandais du Connemara, un gaelic dans tous les sens du terme. Il n’est pas de ma capitale Dublin, il est de Spiddal, fief de la télévision nationale TG4 où résonne la langue de leur poète de Président de la République Michael D Higgins, issu lui aussi de cette terre de légende et l’un des fondateurs de TG4. 

Alors que diable pourquoi quitter ce pays ? Un coup de coeur, un besoin de découvrir d’autres cultures et d’apprendre encore et encore comme ces ancêtres l’ont fait bien avant lui. VELOTEC est à son image, pas de publicité « tape à l’oeil », ni de surenchère. Ses clients sont comme le bonhomme, ils sont de ceux qui partagent et ne se la jouent pas. Si il ne sent pas l’affaire, il plie bagage et repart sur son vélo à l’assaut des cols du Var et tant pis pour aller trinquer une bonne Guinness!  Il est comme ça, déroutant et attachant mais droit dans ses bottes!  C’est l’un de nos coups de coeur cette marque Irlandaise teintée de  » French Touch »!

 

padraix-qui

 

Padraic, pourquoi vous posez en France? 

Padraic (Patrick) Quinn:  » J’ai découvert ce pays quand j’y étais coureur dans les années 90. Une belle claque! Vous avez tant de paysages différents. En plus je comment le tour de France depuis quelques années et on voit ces décors somptueux si bien commenté par Jean Paul Olivier, dommage qu’il ai pris sa retraite par ailleurs . J’écoute toujours Daniel Mangeas lors de ces commentaires aussi, j’étais ravi quand il a accordé une itw à la chaîne durant le dernier tour, on l’attend ici!  Quand ces gars là parlent de votre pays, ils le font avec poésie!  J’adore toutes ces régions comme la Bretagne, j’y vais souvent chez les amis et je regarde toujours les résultats de mes anciennes équipes comme Scaer. A une époque, j’avais même crée une marque de cycles en Irlande qui se nommait Scaer justement, en phonétique anglophone, ça veut dire peur(rires). Pourquoi la France? Parce que je trouve une douceur de vivre. Tu n’es pas stressé comme dans les grandes capitales où les gens sont à bloc. Ici, dans le Var, tu es tranquille, le soleil est souvent de la parti et les gens sont vraiment sympas. Tu as des profils différents pour rouler et les routes sont souvent tranquilles. Tu peux t’arrêter durant l’entraînement et visiter tant de chefs d’oeuvre architecturaux. C’est le pied de vivre ici, en France !

 

quinnn
Julien Amadori, et Julien Trarieux avec les « kits » VELOTEC sur les pentes ensoleillés du Sud. Photo Jonathan Aubry

 

Mais votre entreprise est basée à Spiddal dans le Connemara ? 

Padraic Quinn;  » Oui, c’est vrai mais on vit en 2017 maintenant. Les moyens de communications ont évolué et  nous lient à chaque minute. On n’est plus au téléphone à cadran (rires). Le matin, je passe beaucoup de tant sur Skype avec l’atelier dans le Connemara et c’est comme si ils étaient à côté de moi. Que tu vives en Irlande, en France ou ailleurs, cela ne t’empêche pas de faire ton business avec tous ces moyens de communication désormais. Nos vêtements sont produits en Irlande et en Italie mais je commence à le faire aussi en France. De plus, j’aime cette « French touch » que vous avez, En la mélangeant avec le côté Irlandais , ça donne une belle saveur!   »

Vous présentez votre nouvelle collection hivernale avec des coureurs et un photographe Français.

Padraic Quinn;  » Oui, je vis en France et donc je travaille avec des locaux, c’est normal! J’aime bien bosser avec eux car ils sont sérieux et ils écoutent toujours quand tu veux telle ou telle pose durant le shooting. Ils sont patients (rires)  et ils ont cette classe naturelle quand ils font les photos.  Ces photos représentent la marque VELOTEC et elles sont diffusées dans le monde entier, donc tu n’as pas le droit à l’erreur ou de travailler à la légère. Quand je travaille avec les coureurs Julien Amadori, Julien Trarieux et Manon Testou et le photographe Jonathan Aubry, je sais qu’ils jouent le jeu parfaitement et je ne suis pas inquiet. Ils sont vraiment pros et sympas. j’ai le feeling avec eux, sinon ça ne marcherai pas.

Justement, de belles photos qui font le tour du Monde. 

Padraic Quinn: « J’ai choisi Jonathan Aubry qui est comme on dit chez nous un « Fecking » photographe. Ses photos sont superbes et elles font le tour du monde. Justement celle avec les coureurs en train de prendre un café à été partagé dans le monde entier. J’ai même reçu de très bons commentaires de New York.  Il sait exactement capter la lumière et ce qu’il faut et mettre en valeur pour la scène. C’est l’un des meilleurs.   »

VELOTEC, vous distribuez partout ? 

Padraic Quinn;  » En Irlande, Au Royaume Uni, aux Etats Unis, Australie. La France, je me lance doucement. J’aime bien connaître la culture. J’ai décidé d’y vivre une bonne partie de l’année dnc cela viendra assez vite je pense. »

 

quinnn-1

 

 

Vos projets futurs ?

Padraic Quinn;  » En ce qui concerne la télévision avec TG4 on va diffuser le tour de France en integralité. Du km O à l’arrivée sur chaque étape. Il y a une forte demande en Irlande, donc on va le faire entièrement. Ca va être fatiguant mais si excitant ! Pour la marque VELOTEC, on s’implante de plus en plus chaque jour, on va rien changer de notre style de fonctionnement, ça marche bien entre nous !  »

Vous pensez toujours créer votre propre équipe pro un jour ? 

Padraic Quinn;  » Oui, je ne lâche pas ce projet tu le sais très bien. J’ai beaucoup de liens avec des compagnies US ou Britanniques, on parle souvent de ça entre nous durant nos rendez vous. Le vélo cartonne là bas maintenant. Mais je prends aussi mon temps, je suis Irlandais (rires). J’aime bien connaître parfaitement le monde où je vais investir mon argent. Il faut que j’apprenne encore et encore mais cela va se faire rassure toi. Pour l’instant, je sponsorise le team juniors de Nicolas Roche, la Nicolas Roche Performance, pour aider nos jeunes Irlandais à rouler sur les courses européennes. Pas mal d’entre eux sont devenus pros où roulent maintenant dans des DN Françaises. Monter un team pro n’est pas qu’une question d’argent, tu as toujours des compagnies qui veulent ça. Mais seulement si tu as une communication qui est jeune, dynamique et en adéquation parfaite avec son temps, cela fonctionnera que dans ce sens là, c’est notre argent que l’on mise! Le football a très bien compris ça, c’est pour ça que tout le monde investit la dedans mais le cyclisme a un potentiel énorme dans le monde Je suis d’accord avec des coureurs comme Peter Sagan. Un grand champion, non seulement il gagne et veut aussi changer la façon de promouvoir les sponsors qui investissent, il se bat aussi pour changer les choses, il ne reste pas le cul poser sur un fauteuil après une course. Il faut ce retour d’image que l’on a pas forcément actuellement avec certaines équipes. Quand j’aurais trouvé le staff qui vibre sur la même corde que moi, je me lancerai. J’ai déjà rencontré certains qui me plaisent dans leurs visions du cyclisme pro. Certains s’occupent d’ailleurs de nos jeunes déjà en France.   »

 

Liens du site VELOTEC 

About The Author

Related posts

Laisser un commentaire